Le forum des narrations de parties JDR
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 1er scenar tempetes et jambes de bois part2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marquis latruffe
Baratineur
Baratineur
avatar

Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: 1er scenar tempetes et jambes de bois part2   Mer 1 Fév - 9:28

suite de la part1

Cette caverne est l'antre des titans ! Maudites soient ces créatures ! En repartant , tous éprouvés mais décidés à trouver le nid de nos prédateurs , nous avons traversé un couloir truffé de trous ou Mick a trouvé ingénieux de glisser la tête. Il nous a fallu bien du courage avant de venir à bout des créatures qui l'avaient attaqué au visage. Ces tunnels finissent en cul-de-sac , cette grotte est un labyrinthe. Nous avons atterri dans une pièce vide ou Seb a trouvé une pioche. Je le regarde s'échiner à creuser là où d'autres avaient abandonné , comme si nous n'étions pas assez fatigués. Comme ses forces le quittaient , le jeune Willard se mit à piocher à son tour , en quelques minutes , des centaines de cafards ont agressé Balbêk, Willard et Nakun. Ils peuvent nous remercier, sans nous, ils se grattaient jusqu'aux os. Si seulement ils se lavaient plus souvent. Igbal a pris la relève , lui ne craint pas les cafards , il est des leurs. Quelle ne fut pas notre surprise en le voyant extraire du mur une superbe calcédoine rouge. Ce crétin n'a pas idée de sa valeur...André a bien essayé de lui faire croire que ce n'était qu'un caillou à deux pièces de cuivre. Je m'y suis mise également mais je n'ai réussi qu'à le convaincre qu'au contraire il détenait une pièce d'une extrême rareté. Là il s'est mis à hurler en sautillant qu'il avait un rubis. Tout de même , voir une telle pierre dans les mains d'un tel sot me remplit de rage !
Après une petite pause, nous avons repris notre chasse. Willard me préoccupe, il est plein de sales manies. Il s'est mis à voler dans le sac de Seb. Je ne sais pas comment lui faire comprendre que c'est mal. Pauvre petit, il n'a vraiment aucune notion de ce qui se fait. Ce n'est pas étonnant, il est toujours à comploter avec ce sauvage d'Igbal. D'ailleurs, tout à l'heure, ce grand gredin a giflé André qui était prêt à lacher son faucon sur lui. Il l'aurait fait si ce bon à rien de Balbec n'était pas intervenu. Je crois qu'ils deviennent tous fous. Qu'est-ce que je fais là, à ouvrir la route avec mon baton... Et André qui me suis comme mon ombre Je pense que je dois être, la seule en qui il a un peu confiance, d'ailleurs en regardant les mines peu engageantes autour de moi, je suis la seule en qui j'ai un peu confiance...
Tous nos guerriers sont blessés, alors il a pris la relève, mais je ne me sens pas très en sécurité auprès de lui, je préfèrerais encore ce bon à rien de Balbek.
Nous sommes arrivés dans une salle sombre, tout au fond palpitait une espèce de gros tuyau plutôt répugnant. Willard, terrible et brave a bondi sur la chose réduisant au silence ses palpitations. Il m'inquiète de plus en plus, tantôt replié, prostré comme un animal, tantôt turbulant et hystérique comme une femme en couche.Je ne sais pas s'il n'utilise pas à contre indication des herbes soignantes...Sinon comment expliquer? Ou alors, le pauvre petit est devenu fou, c'est cela, tout ce qui s'est passé, a dû le choquer. Hideux et fou! Pauvre âme: nourriture pour titan!
Quand nous avons voulu sortir de là, le sol devant nous s'est effondré...Igbal a pris la tête de cordée et nous avons pu sortir. Dans une autre salle, aucune mouche ne nous attendait, mais une simple pioche abandonnée là.Certains acharnés tel que Seb et Willard (toujours plein de furie extatique) ont pioché jusqu'à épuisement. Le petit a même failli tomber dans les pommes. Ils ont fini par se lasser... On a pu partir. On est arrivé dans une salle dont le sol était morcelé, mais pour une fois, dans notre groupe, le bon sens a primé,nous sommes sortis craignant un effondrement. L'oxygène nous a manqué au bout de quelques temps dans l'atmosphère étouffante de la mine, c'est pourquoi nous avons fait mouvement vers la sortie. Mais, l'air se bonifiant un peu plus loin, nous avons poussé l'exploration jusque dans une grande pièce parfaitement ronde. Quelque chose était suspendu au plafond. Quand Mik Mo l'a éclairé, nous avons vu un hideux cadavre de nain, pendu, suicidé. J'ai surmonté ma répugnance et j'ai fouillé ses poches pour en savoir un peu plus.Il y avait un parchemin: le petit gorêt pendu était le grand père de Nakum. J'ai rendu le parchemin a ce maudit nabot et, brusquement, je l'ai trouvé plus séduisant: ses dents étaient plus blanches, son sourire plus charmant, et sa voix moins nasillarde: Nakum est l'héritier de la mine, et d'une maison en dehors du village. Le pendu, son grand père a légué par ce testament ses biens à la grand mère de Nakum, Antania.
J'ai beau me dire que Nakum est riche, vraiment, je voudrais bien être une ribaude et l'entreprendre, pour son argent, mais je ne veux pas m'endormir sur cette pensée: ce serait des cauchemars assurés.

Eibina , le jeudi 29 Avril de l'an 13004

Je ne peux m'empêcher de penser que cette mine en fonction devait être incroyable, vu la taille des établis que nous avons vu dans une salle... je les imagine jonchés de plans et de croquis...On est arrivés dans une pièce dont le sol était recouvert d'éboulis. Willard et André se sont précipités pour fouiller les débris à la recherche d'autres pierres, ils en ont trouvé mais Willard a payé cher son intérêt pour les pierres. Des dizaines lui sont tombées dessus, et pas des précieuses... Le plafond lui est tombé dessus. Nous l'avons soigné, mais il est amoché, lui qui n'en avait vraiment pas besoin... Cela faisait un moment que nous n'avions pas croisé d'ennemis quand les mouches nous sont tombées dessus. Nous les avons écrasées, ce n'est vraiment pas la place d'une fille. Mais c'est à la mémoire de ma soeur que je dédie chacun de ces cadavres ailés. Nous avons décidés d'arpenter chaque centimètre carré de la mine pour retrouver la génitrice des créatures maudites. Dans cet optique, Seb a mis au point un stratagème pour chaque obstacle nous séparant de notre but. Seb et Balbek sont très ingénieux, enfin surtout Seb, parce que Balbek, quel lâche celui là, quel bon à rien, toujours à se planquer derrière son maître. On a renforcé le pont (une idée de Seb, Mik Mo, et du bon à rien), et nous avons pu progresser dans nos recherches. Nous nous approchons, c'est sûr: plus de mouches à tuer. Mik m'a sauvée de plusieurs d'entres elles, c'est un vrai combattant. J'ai été piquée à de nombreuses reprises, je me sens faible. Nakum est très impressionnant, il n'est pourtant pas plus en forme que nous mais il est héroïque. Quant à André, on lui doit beaucoup. Ma fatigue disparait quand mon baton transperce ces monstres.
Je pourrais peut être, en fermant les yeux... Non, même riche, Nakum est hideux, même héroïque, Nakum est un nabot, Nakum est un hideux nabot: rien à faire.

Eibina , le vendredi 30 Avril de l'an 13004

Nous avons atterri dans une autre salle au sol effondré. Je ne sais pas ce qui est arrivé à André, sans doute que voyant Willard extraire une belle calcédoine du sol tout à l'heure, il a sans doute imaginé ce qu'il pourrait faire lui, de cette pierre , pour ses bonnes oeuvres. Il a fouillé le sol avec un tel acharnement, lui, si raisonnable d'habitude(sans doute le manque d'oxygène), il n'a rien voulu savoir. Il a ignoré jusqu'aux jets de sables qui tombaient du plafond. Avoir vu se qui s'est passé pour Willard et faire la même erreur.Il a failli mourir, André a perdu un oeil. Nakum l'a sorti de la pièce(d'ailleurs cela m'a semblé bizarre, ce geste humanitaire... Si André survit, si je survis, je lui demanderais s'il ne lui manque rien . Je ne veux pas faire de mauvais esprit mais...) J'ai demandé à Balbek de me donner des compresses pour soigner ce pauvre bougre. Il m'a dit qu'il n'en avait plus. Tout le monde sait qu'il en a, Quel salaud de bon à rien! Il mériterait... Nous verrons plus tard. Pauvre André, lui qui se soucie du bien des pauvres au dehors, qui se soucie de lui? Nous avons dû le laisser derrière nous. Je prie pour qu'il ne lui arrive rien de plus.
Alors que nous poursuivions notre route, nous avons été pris à revers par la créature même que nous cherchions. Elle a fondu sur Nakum, l'antipathie qu'il dégage lui a été presque fatale.(Dans un sens, s'il était mort, c'était tout bénef pour nous, Nakum mort, nous aurions fait passer la mine et son contenu, dont il a eu l'imprudence de nous parler, pour notre bien,on aurait pu l'exploiter sans lui...) on a bien essayé d'attirer la créature dans une autre pièce, pour pouvoir l'attaquer tous ensemble, mais l'immonde bestiole préfèrait siroter Nakum, ce qui nous a contraint à l'attaquer dans le couloir où elle avait l'avantage. J'ai balancé de l'huile sur cette créature et un peu sur Nakun (par maladresse, bien sûr). Enfin, Balbec s'est joint à nous pour combattre, ce bon à rien. On a fini par l'avoir, mais c'était juste: Nakum ressemble à ces friandises une fois brûlée sur un feu de camp... Et nous l'avons soigné, in extremis... Nous avons été très affaiblis par la bataille, et ce bon à rien d'esclave a profité de la faiblesse de son maitre pour réclamer son affranchissement... Iqbal lui a accordé du bout des lèvres.
Je me suis toujours demandé ce qui me déplaisait en Iqbal et Balbek, maintenant je le sais: C'est Balbek. Cette créature qui attire la vermine. Clopin clopan, on est allé dans la salle que nous n'avions pas visitée pour y trouver de gros paquets de larves. Après avoir tué tout ce qui remuait d'une manière suspecte dans la mine, je pense que nous avons vengé nos morts. Pendant qu'il piétinait les ignobles sacs de larves, j'ai vu une étrange lueur dans le regard de Willard, un regard qu'il posait sur l'esclave libre, peut -être que lui songeait à venger nos vivants... Si j'ai appris à me battre, Willard a appris a haïr...

Eibina , le dimanche 30 mai de l'an 13004

J'ai reçu aujourd'hui un courrier qui m'a remplie d'angoisse , il disait : " Ta soeur n'est pas morte ". L'écriture est fébrile et rien d'autre n'est indiqué. Quelle sinistre plaisanterie. Je me demande de qui elle peut être l'oeuvre. J'ai rendez-vous ce soir à l'auberge de l'amitié avec mes compagnons. Cela tombe bien , j'avais besoin de parler de cette mystérieuse missive. Nous nous sommes beaucoup vus depuis que nous sommes sortis de la mine il y a un mois. Le fait que les villageois aient eu du mal à admettre que nous les avions sauvés d'un grand danger et ce malgré la tête et les larves de la créature ramenée par les soins d'Igbal et Balbek (il est sûr qu'aucun d'entre nous n'aurait voulu transporter ces saloperies) , nous a beaucoup rapproché. Nous avons appris que nos morts ont été enterrés dans la clandestinité et ce par de simples employés de mairie. Grace à Nakum nous avons obtenu cinq pièces d'or chacun pour l'avoir secondé dans son entreprise. Nous avons cru un moment qu'elle ne verrait pas le jour , tant la difficulté était grande de réunir charpentiers et maçons afin de rendre cette mine réexploitable. Nakum a revendu le goudron pour une bouchée de pain à l'adjoint du maire (ce dernier n'a pas eu de scrupules à voler un aussi détestable nabot) qui s'en est servi pour terminer la route vers Veran. Cette route aura bien des avantages pour notre petit village puisque la milice pourra plus vite nous venir en aide en cas de problème.
C'est d'ailleurs cette route qu'une fois remis André a emprunté pour aller à Veran, rendre visite à certains de ses amis marchands. Il les questionna au sujet de la revente éventuelle d'une grosse et de deux petites calcédoines (là dessus , je dois dire que je l'ai un peu poussé. Je me doutais bien que Nakum le sortant des débris avait dû largement se dédommager. Cela dit , je n'ai accusé personne , je lui ai juste demandé s'il n'avait rien perdu...et aussi , tout de suite après, je lui ai dit qu'il devait une fière chandelle à Nakum pour l'avoir sorti des décombres...). En effet , à Veran on a vu se vendre de telles pierres. Et , en se renseignant à la mairie d'Ibina , André a découvert qu'un nain cagoulé et un esclave sans chaînes avaient demandé une escorte précisemment le jour de la vente, à la milice...
J'ai hate de revoir le petit groupe. Je me sens bien plus en sécurité auprès d'eux. Ils sont presque devenus ma famille , eux et l'esprit , que je vois chaque nuit et avec qui je peux enfin parler : il m'a révélé des pouvoirs prodigieux dont je n'ai saisi qu'une infime parcelle, mais que j'espère pouvoir acquérir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pandore
Polyglotte du JdR
Polyglotte du JdR
avatar

Nombre de messages : 3783
Localisation : paris
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: 1er scenar tempetes et jambes de bois part2   Ven 10 Fév - 14:44

C'est plutôt bien partie cette campagne, mais est ce que tu pourrais nous présenter mêmùe brièvement le cadre et les protagonistes ?

_________________
J'en estomaque deux! J'en empale un tout vif!
Quelqu'un m'ajuste : Paf! et je riposte... / Pif!
- Edmond Rostand (Cyrano)
http://charlottebousquet.blogspot.com/
www.charlottebousquet.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.charlottebousquet.com
marquis latruffe
Baratineur
Baratineur
avatar

Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: 1er scenar tempetes et jambes de bois part2   Ven 10 Fév - 23:12

La partie commence dans le petit village d'Eibina, situé près de Veran, une ville au centre du monde d'Océania (le monde du jdr gratuit Tempêtes et jambes de bois).

Les protagonistes sont:

Apollonia Mars: une magicienne pour le moment sans pouvoir vivant de la vente de fleurs.

Willard Pindleskin: un maudisseur sans pouvoir également car débutant. Il subvient à ses propres besoins grâce à la vente de serpents à l'animalerie du village.

Nakun Neuil: Pirate en herbe vivant de divers larcins et aide forgeron à ses heures perdues.

Iqbal Ibn Hassan: Tortionnaire débutant et ami de Nakun et Willard. Il travaille à la forge avec Nakun.

Balbek: Esclave de la famille Hassan dont Iqbal a hérité.

André de la pérouze: Marchand issu d'une noble famille d'entrepreuneurs et ami d'Apollonia. Il vit quant à lui de la vente de bijoux d'occasion.

Seb Toucourt: Explorateur n'ayant jamais rien vu d'autre que le village d'Eibina. Il rêve de partir à l'aventure avec la femme qu'il aime: Apollonia Mars.

Si tu veux en savoir plus, on a 6 journaux de bords avec cette équipe et quelqu'uns en construction avec d'autres equipes du PBEM. Va ici pour les découvrir:

http://pbem_tempetes_jdr.vosforums.com/viewforum.php?f=19&sid=e845dbd7e23d40690ed0ee9302896d21
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fablyrr
Big Boss
Big Boss
avatar

Nombre de messages : 5918
Age : 40
Localisation : paris
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: 1er scenar tempetes et jambes de bois part2   Dim 12 Fév - 20:16

plutot bien partie cette histoire, plus qu'a lire le resumé journal de bord du lien...sympa en tout cas Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fablyrr.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1er scenar tempetes et jambes de bois part2   

Revenir en haut Aller en bas
 
1er scenar tempetes et jambes de bois part2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le test de robin des bois !!!!
» Promenons-nous dans les bois...
» travail du bois usé
» Tanoukui,un panda qui a d'la geule (de bois) !
» Dakeyras se promène dans les bois ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les parties à raconter :: Médiéval - Fantastique :: Autres jeux "médiéval fantastique"-
Sauter vers: