Le forum des narrations de parties JDR
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Lacenaire
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1930
Localisation : Orsay Isle Scharde Resort
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Jeu 27 Déc - 17:42

fablyrr a écrit:
c'te douche froide pale :mdrbis:

Hida Kuon s'excuse Twisted Evil ( tongue )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailean
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1802
Age : 41
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 15/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Sam 5 Jan - 2:30

Alors le clan du crabe s'est_il remis des fêtes de fin d'année ???

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ailean.neufblog.com
fablyrr
Big Boss
Big Boss
avatar

Nombre de messages : 5924
Age : 40
Localisation : paris
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Sam 5 Jan - 13:33

il rame et apparemment fait des pets colorés mais le mossieur a l'air occuppé Smile je sors

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fablyrr.com
Lacenaire
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1930
Localisation : Orsay Isle Scharde Resort
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Mar 8 Jan - 14:42

Ailean a écrit:
Alors le clan du crabe s'est_il remis des fêtes de fin d'année ???

Il cherche son encre Embarassed Le "projet: Emeral Empire" est retardé pour des raisons de lecture. Nous sommes disposés à vous rembourser vos places Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fablyrr
Big Boss
Big Boss
avatar

Nombre de messages : 5924
Age : 40
Localisation : paris
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Mar 8 Jan - 15:16

oui le probleme c'est que ce sont tous des rssortissant d ela grande muraille, ils sont tous aveugle et le braille n'existe pas :mdrbis: je sors

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fablyrr.com
Ailean
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1802
Age : 41
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 15/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Mar 15 Jan - 1:04

fablyrr a écrit:
oui le probleme c'est que ce sont tous des rssortissant d ela grande muraille, ils sont tous aveugle et le braille n'existe pas :mdrbis: je sors

Elle est bonne celle-là
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ailean.neufblog.com
Lacenaire
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1930
Localisation : Orsay Isle Scharde Resort
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Mar 26 Fév - 15:09

Bon.

Je vous ai promis tout ça, et - comme un Lion se respectant - je tiendrais mon engagement. Seulement voilà, même en synthétisant et en érduisant, c'est encore du lourd. Pas trop, cette fois, mais tout de même. En plus mes joueurs sont en vacances. Et la reprise est plus ou moins pour leur retour.

Ce n'est pas si grave que ça, qu'on se le dise. Ils auront tout le temps de lire une fois... dans la panade. sam

Dès demain: point de vu général sur Rokugan, sixième année du règne de Hotaru-Maru Premier ! (par le moine Satsume :dbz: )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ailean
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1802
Age : 41
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 15/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Mer 27 Fév - 12:09

J'attends çà avec impatience sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ailean.neufblog.com
Lacenaire
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1930
Localisation : Orsay Isle Scharde Resort
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Mer 27 Fév - 14:34

Bien, nous y voilà.
Mais d'abord, une réclame et quelques précisions.

ATTENTION, amis JOUEURS de L5A: SPOILERS POSSIBLES
Il va être question d'entités et de secrets que partagent d'autres "timelines". Si j'ai tenté de ne pas entrer dans les détails, il y a des noms qui ne trompent pas et des menaces qu'il vaut mieux ignorer - quand on ne les connait pas encore.
Vous voilà prévenus.

Autrement, si nos amis néophytes veulent des précisions / détails etc, ils sont invités à en faire la demande. Je laisserais un laps de temps entre chaque "sujet" pour permettre réactions et questions et interrogations... So...

Enjoy? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacenaire
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1930
Localisation : Orsay Isle Scharde Resort
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Mer 27 Fév - 14:35

Messires,

Voici quelques semaines je croisai Kitsu Motso-sama, rikugonshokan de la troisième Légion d’Emeraude et hatamoto du Shogun, au temple des Plaines du Tonnerre. Il y a sept ans de cela, alors que j’étais un samouraï distingué et honoré par ses pairs, j’avais eu le plaisir de l’affronter sur le champ de bataille, en qualité d’officier de haut rang. C’est un esprit brillant, forgé avec soin et humilité. Cela ne m’étonne pas qu’il serve aujourd’hui Kakita Meyako-sama. Autrefois rustre, c’est bien changé que je le trouvai au monastère d’Osano-wo. Nous discutâmes de longues heures, autour d’un thé ou d’un plateau de go.
Il me présenta un projet, me poussa à y participer.
J’acceptai, non sans effort de sa part, d’en rédiger l’introduction. Pour son état de l’Empire, qu’il compte présenter au Shogun et au Champion d’Emeraude, j’ai mis en oeuvre toutes mes facultés de synthèse et d’observation. Je ne cherche ni gloire, ni honneur : ces deux valeurs sont anathèmes à ma condition monacale. Bien au contraire : mon objectivité ne peut que renforcer mes jugements et mes remarques. Je vous prie de croire en mon honnêteté et en mes perceptions. Ces réflexions, bien que non exhaustives, sont ce qui se rapproche le plus de la vérité. Elles sont sans poésie et sans beauté, pour que la forme ne trouble pas le fond.
Je vous épargnerais l’allégorie du ruisseau et du reflet de Lune.

Humblement,

Satsume, moine de profession et itinérant de vocation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacenaire
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1930
Localisation : Orsay Isle Scharde Resort
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Mer 27 Fév - 14:35

Ma brève étude de l’Empire sous le règne de Hotaru-Maru premier s’articulera autour de trois axes : la politique, l’économie et l’ordre céleste. Chacun de ces axes se télescopent. Ils s’affectent sans cesse les uns les autres, conditionnent nos vies, font et défont nos destins. Du plus haut officiel au plus petit eta, nul n’échappe à cette ronde que j’espère sans fin. La dynamique de ces trois éléments, pourtant singulière, évite à l’Empire de sombrer sous le poids de son isolationnisme forcé. Ainsi, en créant de nouveaux défis – intérieurs –, l’action de ce triptyque offre aux habitants de Rokugan une possibilité d’échapper à une lente dégénérescence. Des mœurs, de l’esprit puis du corps dirigeant, ce qui mènerait notre peuple à sa ruine.
Je vous propose de commencer par la politique.

(I)

Vaste sujet, la politique rokugani a pansé ses plaies de la guerre contre l’ombre rampante.
Non contente de semer les germes du chaos et du conflit, cette entité ténébreuse a effacé ou modifié des mémoires par centaines de millier. Bien moins de familles vassales et de bibliothèques ont souffert de cette infamie, mais juste ce qu’il faut pour aggraver le problème. Rokugan a perdu une part importante de son passé. Pas le plus lointain, semble-t-il. Nous savons toujours qui étaient Akodo, Hida ou Doji. Les noms de Bayushi Saibankan et de Iuchiban ne nous sont pas inconnus. Les dommages infligés à l’histoire de Rokugan sont plus actuels que les récits antiques. Des courtisans proéminents ont été tués par dizaines, ajoutant au désordre.
Messires savent celui que j’aborde.
Au lendemain de la guerre contre l’ombre, le tissu des faveurs et des pactes gisait, déchiré par ces deux maux. Les liens d’amitié et de respect regagnaient le cœur de chacun, certes, mais tous les accords passés, ou presque, ne tenaient plus. Parce que telle Maison n’était plus, ou qu’untel avait succombé aux créatures de l’ombre. Le passé de dizaines de forts était évaporé. De même pour des centaines de villages, du plus obscur au plus renommé. Les paix comme les guerres, les mariages comme les offenses, plus assez de monde ne s’en souvenait pour que cela ait de l’importance.
Les Clans majeurs ne furent pas longs à se mettre en lice.
Il aurait été impensable que l’Empire s’effondre, faute de son passé politique récent. Aussitôt retombée la poussière de la guerre les Clans du Scorpion et de la Grue lancèrent sur des routes disparues des messagers, à la centaine. Le Phénix et la Licorne, étonnamment, tardèrent à réagir. Il s’agissait d’abord de rétablir des relations diplomatiques, le plus tôt possible. Si aucune cour d’hiver ne se tint deux années durant, la seule initiative de Bayushi Shoju-sama et Doji Kuwanan-sama sauva d’un marasme certain le réseau de faveur de l’Empire. L’Empereur, à ce seul titre, ne pouvait se permettre d’agir en ce sens, même si cela s’avérait nécessaire. Son rôle d’arbitre suprême en aurait grandement souffert. Cela s’appliquait également au Champion d’Emeraude et à sa porte-sabre – aujourd’hui Shogun –, d’ailleurs occupés à faire régner l’ordre envers et contre tout. Chaque Clan, jusqu’au lointain Crabe, fut convié à des réunions, des soirées et des banquets. Bien que sommaires, ces entrevues étaient propices aux traités et aux accords. On conclut des échanges, sous le regard « bienveillant » des Grues et des Scorpions. Leur rivalité en ces instants était amicale, bien que féroce. Ne voyez pas derrière les altercations entre les dojos Mirumoto et Kakita le dard du Scorpion. Ce dernier n’a rien à gagner dans cette affaire, croyez-moi. Ainsi, petit à petit, les relations claniques se rebâtirent. Il fallut bien deux ans pour cela, mais les efforts de toutes les délégations réunies ressuscitèrent la diplomatie rokugani, permettant un meilleur échange des biens et le rétablissement bilatéral des voies de communication de part tout l’Empire. De fait, aujourd’hui, les Clans du Scorpion et de la Grue dominent le paysage politique. Chaque chose en son temps : il sera question d’eux plus tard. Concentrons-nous à présent sur la capitale Impériale, Tsuma, et la Luciole, ainsi qu’on appelle l’Empereur.

Je le fustigeais il y a trois ans de cela, en public.
Etrangement personne ne me trancha le col. J’en étais ravi. J’imagine que sa tâche est délicate, si ce n’est impossible. Prendre la relève des Hantei, dynastie à la fois honnie et adorée, au pire instant que l’Empire ait jamais connu, je ne vois pas plus grand défi. Eteindre la Maison Otomo, chargée de pourrir les relations claniques, au risque d’appauvrir toute son administration, je ne sais pas de décision plus courageuse. Je devine également que diriger un Empire scindé en onze grands partis – les sept Clans majeurs, l’Outremonde, l’administration impériale, les Clans mineurs et la confrérie de Shinsei – n’est pas un travail aisé. Il a affaiblit ses propres bases pour renforcer l’Empire, lui permettre de passer ces ans terribles, d’après la guerre. Il a laissé aux vassaux le droit de prendre des initiatives, de jouir de leurs fruits, sans leur permettre de faire main basse sur tout l’arbre. Ce « laxisme », comme je le nommais il y a trois ans, en public, devait conduire à l’épanouissement que je glorifiai ci-dessus. Il a néanmoins atténué les frontières de l’ordre céleste et affaiblit les prérogatives impériales. Après six ans de règne la Luciole n’a forcé le respect de personne. On le considère comme un homme sage, avisé. Certains le disent « timoré ». Sans son Shogun et son Champion d’Emeraude Hotaru-Maru premier, dit-on, serait perdu. Il suscite ce genre d’allégations et ne terrifie aucun criminel – Shinjo Yokatsu hante les rêves des rares bandes de pillards, et non la Luciole. C’est un Empereur qui a beaucoup délégué, autant en responsabilités qu’en pouvoir décisionnel. Si dans un premier temps il a souhaité aplanir et contrôler les relations inter claniques, au travers de toute son administration, il lui a fallut abandonner cette envie. Le bouillon qu’était devenu son Empire ne lui permettait pas d’agir en ce sens. Et si les Clans majeurs ne sont pas disposés à agir tout à fait librement, leur rayon d’action est plus large que sous la dynastie Hantei. Si une des grandes Maisons avait des velléités de rébellion, il lui faudrait déjà outrepasser les désirs de paix du Shogun et du Champion d’Emeraude, véritables remparts de l’administration de Tsuma. La « libellule véhémente » et la « grue agacée », comme aiment à les surnommer leurs détracteurs, défendent coûte que coûte l’autorité centrale de l’Empire. Leurs accointances avec la Famille Hida joue en leur faveur, ainsi que les excellentes relations qu’ils entretiennent avec la Confrérie de Shinsei et d’autres personnages d’importance.

La nomination d’un Shogun a d’ailleurs surpris nombre d’ambassades et de courtisans.
Les premières préparent déjà leurs contingents de diplomates. Si Kakita Meyako désire tenir une cour, comme il se doit, les seconds ne tarderont pas à entrer en lice, avec la bénédiction de leurs Seigneurs et le soutien de leurs vassaux. Au vu de la renommée des résidents du palais du Champion d’Emeraude, ce dernier ne risque pas d’en pâtir. Il est étonnant de constater combien cette nomination – à un poste jamais tenu – tombe à pic. Les rumeurs voulaient que la discorde règne entre le Champion et son porte-sabre. Les mauvaises langues les tenaient en désaccords sur presque tous les sujets. Les invasions barbares de cet hiver ont prouvé à des centaines de milliers de samouraï qu’ils avaient torts. Mais on ne taira pas si facilement ces malheureux cancaniers. La fonction de Shogun est aussi prestigieuse que celle de Champion d’Emeraude. Celui-ci est, avant toute chose, le jugement et le sabre de l’Empereur. Il dispose d’une force considérable – les Légions d’Emeraude – et de l’appui du premier personnage de l’Empire. Le Shogun tient les rôles conjoints de l’armure et de l’arc. Il foudroie les ennemis de Tsuma et la protège vaille que vaille. En qualité de grand stratège impérial le Shogun se place à la gauche du trône, au-dessus des Seigneurs Seppun et Miya. Il porte l’étendart de Sa Majesté et part en guerre en son nom. Le Shogun a également à sa disposition les Légions. L’avenir nous dira si cette nouvelle répartition des pouvoirs bénéficiera à la Luciole et à son étrange règne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacenaire
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1930
Localisation : Orsay Isle Scharde Resort
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Mer 27 Fév - 14:36

(II)

D’un point de vue économique Rokugan est en pleine mutation.
Avant que l’ombre nous submerge, les samouraïs considéraient avec dédain les marchands. C’est encore, aujourd’hui, le cas. Il existe bien sûr des exceptions à cette règle : les Yasukis sont friands de négoce et les Daidojis s’y adonnent à l’abri des regards. Ces deux Maisons, ainsi que de nombreuses familles vassales, ont depuis longtemps compris que les marchands, surtout ceux itinérants, sont le sang de l’Empire. Ils acheminent à longueur d’année des biens, au travers de tout Rokugan. Sans eux nombreux seraient les paysans – et les nobles – frappés par la disette. Il arrive que les marchands devinent les périls du futur avant les samouraïs. Ils risquent leurs vies à chaque instant, entre les mains d’une noblesse naturellement suspicieuse ou celles, moins plaisantes, de brigands. C’est bien sûr une généralité dont on doit se passer : autour des tables de négociation se jouent des drames déplorables. Pour ne citer qu’elles, la corruption et les menaces jalonnent le quotidien du marchand.

Une étrange alchimie est à l’œuvre.
La majorité des marchands, avant la guerre, s’affiliait assez rarement aux samouraïs – du moins de façon permanente. Ils restaient le plus souvent indépendants, mais ne rechignaient pas à un mécénat, de temps à autre et sur des durées variables. Des maisons marchandes associées à une seule Famille noble, et ce pour plus d’une génération, cela était rare. La plus grande partie du commerce n’était liée que de très loin aux Clans, une fois exclues les denrées essentielles – riz, millet et tabac. L’artisanat de qualité restait l’apanage de la noblesse. Les meilleurs artisans servaient une demeure de samouraï et ses alliés, guère plus. Une maigre poignée de cette élite de travailleurs produisait en indépendant.
Figurez-vous qu’aujourd’hui il existe des « factions » de marchands.
Cette annonce, je l’espère, vous aura fait arquer un sourcil au moins. Nous assistons à la création de deux groupes, largement majoritaires. Ceux clairement affiliés à un Clan, souvent celui à la tête de la Province, et les indépendants. Tout un pan de l’économie est aux mains des grandes Maisons nobles, tandis que l’autre face de la pièce reste hors de leur contrôle. Je ne m’explique pas tout à fait ce phénomène : les samouraïs tiennent toujours en mauvaise estime les marchands, qui ni ne produisent, ni ne font la guerre, ni ne cherchent l’illumination. Ils en soutiennent pourtant bien plus qu’avant (il faut noter que les yakuzas apprécient peu cet engouement, d’après les rumeurs). Sachez, messires, que toutes les corporations sont sujettes à cette main mise, pas seulement les artisans de qualité. Les enseignes affairées à confectionner des éventails de toute beauté, comme les fabricants de sandales, sont touchés par ce phénomène. Il apparaît que les samouraïs concernés profitent du labeur des artisans – ses biens ou ses services – contre une aide future, en cas de nécessité. Ainsi la geisha sera à disposition du noble et lui la protégera ou la nourrira si les temps sont difficiles. Le négociant, lui, versera un pécule à l’intendant de la demeure du samouraï, en contrepartie ce dernier le couvrira en cas de perte importante – humaine ou pécuniaire. Cette entente est souvent le résultat d’une ouverture et d’une conciliation, rarement d’une violence, effective ou envisagée. Les « indépendants » restent en marge de ce système bâtard (car d’un côté il valorise la classe marchande et d’un autre il l’avilit davantage en réduisant ses libertés). Ils présentent un front commun à la seconde « faction » et mènent leurs affaires comme avant. Leurs contacts avec la classe dirigeante se raréfient, ce qu’ils présentent comme un atout. De fait ils se tournent plus volontiers vers les commerces itinérants et de proximité, et se moquent de leurs « frères ennemis » : sans eux ceux-ci ne vaudraient pas leur poids en gruau. L’achalandage de marchandises reste un pilier de l’économie rokugani. Jusqu’à présent les Clans de la Grue, du Phénix – pour des raisons pratiques – et de la Licorne sont friands de cet étrange parrainage. Le Lion, dans la situation qui est la sienne et parce que son honneur est sans tâche, ne peut et ne veut verser là-dedans. Le Crabe, plus particulièrement la Maison Yasuki, laisse faire et se gausse : il met en pratique cette méthode depuis des siècles. Les Scorpions ne disent rien. Il arrive sur leurs terres qu’on parraine un marchand, mais cela reste rare. Les Dragons ne sont pas assez riches pour se le permettre : les Dojis paient mieux les joailliers et les forgerons qu’eux, et leurs importateurs de nourriture sont tous des vassaux de la Maison Mirumoto.

Cette nouvelle tendance est étroitement liée à trois individus.
Hiroaki Tasu d’abord, gouverneur de Ryoko Owari et Seigneur de la Famille Soshi qui échange comme personne les faveurs et a l’oreille des plus grands marchands de Rokugan. Depuis sa demeure de la Cité des Mensonges, avant la guerre déjà, il a mit en relation les négociants les plus en vue, renforcé les liens commerciaux et aidé à conclure des accords autrement difficiles. Son entremise a permit aux biens et aux services de voyager plus vite et plus loin, satisfaisant plus de demandes qu’auparavant. Les bénéfices en résultant sont allés à l’entretien des voies commerciales et à leur expansion. Il est devenu peut-être plus simple d’acheminer des marchandises, mais il est également devenu possible de les tracer avec plus de précision. Les différents trafiques en ont soufferts, surtout lorsque l’on sait quelle misère a frappé la vie criminelle de l’Empire (la guerre des Traverses, menées tambour battant par Shinjo Yokatsu, a manqué de peu de lui être fatale). A l’heure de la reconstruction le Seigneur Soshi a marché dans les pas des Grues et des autres Scorpions, profitant du rétablissement des routes et voies pour relancer ses nombreux contacts et réveiller tout son réseau. Son aide financière et humaine, couplée à l’élan des Miyas, fut d’une grande aide dans cette entreprise. Yotsu Hakusaki et Yogo Shogo, tous deux anciens hauts officiels sous les Hantei, lui prêtèrent main forte. Leurs propres accointances, enfin mises en affaire, finirent de tisser la tapisserie ébauchée par Hiroaki Tasu.
Dans l’après-guerre Rokugan avait grand besoin de tout : bois et nourriture, paille et troupeaux, sans oublier les lubies de la noblesse. Fort heureusement on trouvait chacune de ces denrées disséminées dans les provinces des Clans. Sans les efforts et l’ingéniosité de ces trois samouraïs l’Empire, moult châteaux seraient encore des décombres. De nombreux villages fumeraient encore des flammes de la guerre et bien plus de champs seraient encombrés de mauvaises herbes. Ce que beaucoup considèrent comme une bénédiction des Fortunes n’est en fait que cela : du commerce et un soubresaut de la classe marchande. Si l’appui de la noblesse – cette noblesse sobre et effacée – a été nécessaire, c’est bien la compétence et l’enthousiasme des marchands qui est à l’origine du nouvel essor de Rokugan.

A ce détail près que si Hamara n’avait pas été fondée, tout cela serait resté superficiel.
Les mines regorgent de diamant, de jade et d’or, à ce point que l’administration de Tsuma les a fait siennes. Chaque Clan se voit accordé une part des ressources extraites, en fonction de ses besoins. Pour ne citer qu’un exemple, on comprendra aisément que le Clan du Crabe reçoit plus de jade que le Clan du Dragon, et que celui-ci perçoive moins de diamant que le Clan de la Grue (qui profite largement de sa position politique pour rafler le plus gros de la mise). Si la rumeur veut que le sol de Hamara abritait un grand mal, il n’y est plus, terrassé par les forces conjointes de l’Empire et de la destinée. Tout le monde, plus souvent indirectement, profite des richesses miraculeuses de cette petite province. Les marchands ont augmenté leurs prix, sensiblement pour la paysannerie, très largement lorsqu’ils traitent avec des nobles. Par édit impérial, un édit d’une discrétion étonnante, chaque agriculteur a reçu des outils neufs, de bien meilleure qualité qu’avant la guerre. On a fait restaurer des autels et des monastères. L’administration de Tsuma peut faire face, si besoin est, aux pires catastrophes : il y aura toujours assez de koku pour reconstruire et soulager les peines. Plus d’un Clan en a profité pour renforcer ses forteresses ou s’aménager de nouveaux palais. Shiro Kakita a été agrandit, d’après les ambassades que je croise de temps à autre. Certains prétendent que la flotte des Mantes a gagné en vaisseaux et en barques, que de nouvelles embarcations sont à l’essai. En conclusion je dirais ceci : l’économie rokugani se porte bien. Il reste à voir comment elle se développera et quelle sera sa maturité. Si seulement l’or de cette opulence n’était pas extrait d’un sol vraiment maudit. Je m’en réjouirais, moine ou pas. Le reflet de la Lune à la surface du ruisseau, le fol qui prête plus d’importance à ce reflet qu’à Père Onotangu.
Tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacenaire
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1930
Localisation : Orsay Isle Scharde Resort
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Mer 27 Fév - 14:36

III)

Pour finir il convient de se pencher sur l’ordre céleste.
Les « kuge » dominent toujours la hiérarchie (la plus haute noblesse, constituée de l’Empereur et des grandes Maisons impériales et claniques – Hida, Akodo, Bayushi, Doji, Shiba, Shinjo et Togashi). Les « buke » les servent avec autant de ferveur qu’avant la guerre (leurs vassaux, même si techniquement les Maisons subalternes appartiennent aux buke). Ensuite, sous la protection des samouraïs, viennent les « bonge » (artisans, marchands et fermiers, autrement nommés heimin). En dessous encore viennent les hinin, souvent considérés comme des impurs (geisha, criminels, tanneurs). Les « eta » constituent une caste quasiment à part entière, mais techniquement sont des hinin. Si on devait situer la Confrérie de Shinsei sur cette échelle, elle se trouverait certainement entre les « buke » et les « bonge ».
Voilà pour la théorie.

L’émergence de nouveaux pouvoirs a floué ces frontières.
Le Champion d’Emeraude et le Shogun sont réputés pour leur respect de la paysannerie rokugani. A vrai dire chaque Clan sait comment s’attirer l’ire de ces deux grandes puissances : il lui suffit de maltraiter les petites gens pour aussitôt subir leur foudre. On a même assisté à une insurrection de samouraïs, sur les terres de la Famille Shiba, provoquée par les abus d’un Seigneur sur ses paysans. A en croire les jeunes guerriers, ceux la tête encore pleine de rêve, la compassion revient sur le devant de la scène. Cette vertu du samouraï va de prime abord aux gens de faible statut, puis à ses ennemis défaits. De nos jours les rônins y réfléchissent à deux fois avant d’attaquer un village ou une caravane. Ils savent que la justice de Tonbo Shutsu est sans pitié à leur égard. Jamais, à mon avis, les bonge et les eta ne se sont sentis autant en sécurité. Le commerce florissant et les bénédictions de Tsuma leur garantissent presque un lendemain brillant. Les brigands quittent plus rarement leurs repaires. L’époque est à la félicité et aux réjouissances, pour mieux se délasser après une rude journée de labeur. Des samouraïs des Maisons Agasha et Mirumoto viennent enseigner la lecture et les mathématiques, éveillent des vocations. A l’aide des gens de son porte-sabre, le Champion d’Emeraude a initié cette geste éducative. Le Concile convoqué par l’Empereur a abouti aux mêmes conclusions. De plus en plus de jeunes quittent leur logis, partent chercher fortune ailleurs. Le plus souvent ils entrent au service d’un marchand, lui servent d’aide. Puisqu’ils savent lire, écrire et compter, plus rien ne les retient aux champs. Ou bien des paysans se réunissent en assemblée, apprennent à cogérer leurs lopins de terre et s’adressent d’un seul bloc aux négociants avec qui ils traitent. Avec le savoir est venue une meilleure hygiène, pour n’en citer qu’un bénéfice. Le taux de natalité est en hausse constante, les nourrissons plus prompts à vivre qu’à décliner. Plus de médecins parcourent les campagnes, avec sur leurs talons deux ou trois apprentis – une chose rarement vue, avant la guerre.

Cette situation est inédite.
Un pouvoir central en nuances, appuyé par deux pôles vindicatifs, une noblesse encore affaiblie par les conflits à répétition et une base en plein essor – l’histoire de Rokugan n’avait jamais connu cela. Il est heureux que des samouraïs tiennent une des rênes du commerce, sans quoi les marchands pourraient être plus riches qu’eux. Beaucoup de buke craignent en secret une montée en puissance des négociants et des nouvelles coopératives agricoles. Si ce n’est pas par la misère que la noblesse tenait en laisse la paysannerie, elle y aidait beaucoup. Un homme à la recherche d’un repas, pour lui et sa famille, ne songe pas à prendre les armes contre son suzerain. Cela peut vous sembler quelque peu caricatural, mais imaginez combien il peut sembler étrange aux seigneurs de voir un fermier presque aussi bien vêtu qu’eux-mêmes. Et s’exprimant dans un rokugani correct, en plus ! Ils sont nombreux, ces nobles, à se demander quand – poussés par la disette ou le couteau sur la gorge – ils devront accepter dans leurs dojos, leurs cours, des fils et des filles de marchands riches. Ce mélange d’un genre neuf les angoisse, croyez-moi. Si aujourd’hui tous les rejetons de la paysannerie peuvent, avec un peu de chance, faire fortune, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Les samouraïs de basse extraction ne songent pas à tout cela. Ils vivent leurs vies. Ce sont leurs supérieurs, ceux avec le poids de l’héritage familial sur les épaules, qui y pensent. Ils pressent la Confrérie de Shinsei de remettre de l’ordre en tout ça, de rappeler aux fermiers combien il est important de se passer les champs, génération après génération. On rétorque aux moines qu’il vaut mieux louer les services de paysans errants que laisser les rizières à des fils et des filles, souvent bien peu motivés. Et les heimin, sous l’œil attentif du Champion d’Emeraude et du Shogun, de profiter de cet âge nouveau, de jouir des fruits de la paix et de la félicité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacenaire
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1930
Localisation : Orsay Isle Scharde Resort
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Mer 27 Fév - 14:37

Voilà, c’en est finit de cette introduction.
Il me plaît de croire qu’elle fut longue, aride et déplaisante. Ainsi, me dis-je, sa triste conclusion ne sera pas une mauvaise surprise. J’ai bien sûr évoqué les richesses, la paix et l’entente qui sont de mise ces derniers temps. Je n’ai cependant pas fais référence à la fragilité de ces bonheurs. L’esprit général est au repos et au calme. Mais Rokugan est un Empire de guerriers, aux ramifications complexes et aux secrets nombreux. Ce nouvel équilibre peut se rompre, du jour au lendemain, sans préavis. Les récentes invasions barbares n’ont pas aidé à le maintenir. Le Clan du Phénix tient à ce que l’affaire soit tirée au clair, avec les Iuchi du Clan de la Licorne. Le Crabe ne tient pas en très haute estime le Conseil des Cinq, de la Maison Isawa – les Seigneurs des Familles Kuni et Isawa ont un certain contentieux, qu’un duel seul ne saurait résoudre. Le Lion s’entredéchire toujours, ses deux Familles régnantes se regardent en chien de faïence. Les Mirumoto et les Kakita, sans l’intervention de Kakita Meyako, se seraient peut-être déclarés une guerre sans merci. La Montagne n’est toujours pas dans les bonnes grâces de la Luciole ; les deux partis campent sur leur position.
La vigilance est de mise, messires.

Satsume, clairvoyant par passion et serviteur par conviction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacenaire
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1930
Localisation : Orsay Isle Scharde Resort
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Mer 27 Fév - 14:37

Voilà pour l'intro. Demain, le Clan du Crabe bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacenaire
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1930
Localisation : Orsay Isle Scharde Resort
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Jeu 28 Fév - 15:06

Eul Clan du Crabe, donc.



*


De Hida Kuon – serviteur loyal au Champion d’Emeraude, magistrat d’Emeraude détaché à la demeure de Tonbo Shutsu, préposé aux affaires exceptionnelles et élève émérite du Dojo du premier coup –

Au Shogun et au Champion d’Emeraude.

Messires, je n’irai pas quatre chemins : je ne suis pas un homme de lettre. Mon pinceau s’est fait aux rigueurs de la guerre et des batailles. Si le moine Satsume, malgré ce qu’il prétend, enrobe ses analyses et ses conclusions d’un peu de poésie, libre à lui. Je n’aurais pas la même gentillesse. Je reviens d’un voyage sur les terres de mon Clan, et je puis vous affirmer que ce ne sont pas de bonnes nouvelles que je vous retourne – elles sont presque toutes excellentes.

Notre Champion, mon cousin Hida Yakamo, a prit ses fonctions lors des invasions barbares. Fûmes-nous moins nombreux à défendre l’Empire que ses prouesses ne seraient pas passées inaperçues. Si l’effort de tous les Clans réunit est louable, voire bienheureux, rappelons que la Maison Hida a donné son lot de bravoure et de force face aux étrangers venus piller nos terres. Nos stratégies et nos tactiques n’ont peut-être pas secourus Rokugan, mais il faut admettre qu’elles ont assuré – assistées en ce sens par les lumières du Shogun – la sécurité des provinces du Clan du Phénix et des provinces attenantes. Si le Clan du Crabe ne tire pas à lui la couverture, et ne cherche aucunement dédommagement ou distinction, il aime à ce qu’on se souvienne de ses contributions. Et celle de Hida Yakamo n’est pas des moindres. De ce point de vue seulement la Maison Hida se porte admirablement bien ! Ses champs et ses rizières produisent de quoi amplement la nourrir. Les lattes de nos dojos ne finissent plus de grincer. Ils sont nombreux, les pieds à les fouler. Le feu des forges ne s’éteint plus ; il y a toujours, nuit et jour, un moine du temple d’Osano-wo qui le veille et prie pour lui. Nos étendarts sont fichés sur les plus hautes tours du Mur Kaïu. Le conseil des anciens de la Maison a conseillé au Seigneur de lever les armées et de se préparer à la bataille. Depuis cinq longues années que nous restons vigilants, enfin sonnent les cors de la bataille. Nos greniers sont pleins, nos armes aiguisées et tous nous portons un médaillon de jade – Hamara soit bénie. Hida Kisada, pour ne pas troubler son abdication, a quitté l’état major de son fils et refusé de rejoindre le conseil. Il est là, parmi les autres, sur le Mur, à guetter la venue de l’implacable ennemi. Sa seule présence soulève les âmes et enorgueillit les esprits.
Comptez sur les Hida, messires.

Depuis cinq ans que la paix nous est revenue, les Yasuki, et plus particulièrement leur Seigneur Taka, ont fourré leur nez dans toutes les affaires possibles. Il n’est pas rare d’en voir partir un, sa charrette bourrée de sandales et de le voir revenir, un an plus tard, les poches pleines d’or. Qu’aura-t-il fait, entre-temps ? Du commerce de sandales, d’abord, puis quelques investissements, avant de racheter tout un stock de riz. Qu’il revendra à bas prix, mais sans oublier de se faire payer l’excédent par le seigneur local, à des paysans du Clan du Phénix. Personne n’y perd. Le Champion d’Emeraude fait acheminer du riz aux démunis ; ces derniers se le procurent pour rien ou presque ; les samouraïs y vont de leur poche mais nourrissent leurs gens. Et notre marchand de repartir sur les routes avec, qui sait, de fabuleuses estampes dans sa carriole – de ce genre d’estampes sacrées qu’on ne fait que chez le Phénix. Comme vous pouvez le voir, tout va bien pour la Maison Yasuki. La mode rokugani les amuse, celle qui consiste à parrainer un marchand ou un artisan ; ils la pratiquaient déjà à l’aube de l’Empire, lorsqu’ils servaient le Clan de la Grue. Nous les laissons rire, car sans eux nos greniers seraient en grande partie vide. Ils peuvent grommeler autant qu’ils le veulent : l’or et le jade qu’ils rapportent nous sont précieux. Leurs efforts ne sont pas vains, qu’on se le dise. Ils rendent hommage à ces multitudes de paysans et de samouraïs, qui ont donné du leur pour retracer et rebâtir les routes. Depuis un certain déjà, nous autres guerriers et berserkers ne les regardons plus du même œil, ces marchands au sabre. Nous les acceptons parmi nous avec plus de joie et de chaleur, et nous ne les chahutons pas de trop.
Puisque ce sont eux qui nous remplissent la panse.

Nos chers Hiruma seront les premiers à rencontrer l’ennemi. Leur château ancestral à nouveau entre leurs mains, nos éclaireurs et nos meilleurs berserkers ont renforcé les défenses de Rokugan. C’est à leur initiative, appuyée par les Kuni, qu’ont été creusées les grandes fosses, où est drainée puis brûlée la Souillure de l’Outremonde. Sept enceintes séparent désormais l’Outremonde de la Muraille Kaïu. Quand viendront les hordes bestiales c’est la Famille Hiruma qui les accueillera. Elle n’a pas perdu de sa vigueur, ni de son dévouement. Cinq années durant ils se sont entraînés, ont exploré ces terres impies avec plus d’acharnement et ont alimenté le feu qui leur sert d’âme. Ils tiendront leur château, dussent-ils mourir jusqu’au dernier pour cela. Les Kaïu leur ont fournis des engins de siège et des experts à foison, tous éprouvés sur le champ de bataille. La bannière Hiruma, celle perdue à l’Outremonde est en possession du Seigneur, Kage, autrefois un marginal, comme l’était sa Famille. Les Kuni ont purifié l’étoffe souillée. Gageons que les hordes impies feront tout pour la lui arracher, mais qu’il la brûlera plutôt que de leur permettre. En vue du conflit à venir nous leur avons adjoints plusieurs compagnies d’archers de la Famille Toritaka, ainsi que la garde des légions de damnés – ce qui n’est pas une mince affaire. La Maison Hiruma sait que sa position est cruciale, et se prépare à fond pour soutenir les chocs à venir. Ces samouraïs savent également que le Clan tout entier est derrière eux. Il n’est pas impossible que Hida Kisada les épaule, dans les prochaines semaines. Son dojo, reformé après plus de six siècles d’absence, forme de nouvelles recrues chaque jour. Voilà pourquoi vous n’en trouverez qu’une poignée en dehors des terres du Clan.
Priez pour eux tous, messires.

Ayez également une pensée pour les Kuni. La tempête à venir les occupe à plein temps ; avec les rangs Hida et la résistance acharnée des Hiruma, ces shugenjas sont une pièce centrale de nos défenses. Nous comptons sur eux pour déterminer quelle puissance nous fera face, et dans quelle mesure. Leur actuel Seigneur, Kuni Tansho, est une samouraï-ko exceptionnelle, entièrement dédiée à sa tâche. Hélas sa prise de bec avec le dirigeant du Conseil des Cinq, Isawa Tetsuo, ne nous aide guère. Comme les archives du Clan du Phénix nous manquent ! Leurs études sur la souillure et l’Outremonde, en ces heures de préparation, pourraient nous être d’une aide certaine. En ce sens les Maisons Hida et Shiba sont en perpétuelle négociation, et nous échangeons sans vergogne du riz et du millet contre un ou deux feuillets. Concernant la Famille Kuni, puisque c’est d’elle dont il est question, sachez que sa réclusion est du passé. Si leurs expériences sont conduites loin des regards, comme il sied, leur vie monacale a prit fin – sur l’impulsion de Tansho-sama. Nos bushis mangent pour ainsi dire dans la même écuelle que leurs plus sombres shugenjas. A l’image des pratiques Mirumuto et Agasha, nos guerriers et nos incantateurs travaillent ensembles et apprennent à mieux se connaître. L’avenir nous dira si cette nouveauté portera ses fruits. Que dire de plus ? Un Kuni est un Kuni. Mystérieux, parfois fou, on ne changera pas un Kuni.
Mais, bien plus souvent, c’est lui qui vous changera.

Ils partagent néanmoins un trait avec nos Daidoji. Messires, c’est maintenant un fait, tout un pan de cette Maison du Clan de la Grue nous a rejoint. Dont son très estimé seigneur, Uji-sama. D’abord, il nous l’a avoué, à but de nous espionner lors de la guerre, ce sombre bushi a intégré nos rangs, abandonné les siens. La paix enfin revenue il a compris où était sa place : sur le Mur, à nos côtés. Par dizaines des maisons vassales l’ont rejoint, amoindrissent les troupes de la Grue et renforçant les nôtres. Leurs vœux d’allégeance furent brefs, et vite consignés. Le Crabe n’a pas besoin de plus pour accepter des guerriers éprouvés. Ils ont fait leurs preuves et ont emporté une adhésion massive à leur venue. Ils sont désormais de notre réseau défensif. Afin que nulle guerre n’entache nos relations avec la Grue, nous avons expédié un corps de Hida – pas loin de mille épées – en leurs provinces. Ils ont accepté, et ont immédiatement assigné ces gens aux patrouilles à la frontière du Clan du Lion. Depuis, malgré que nous partagions la vassalité d’une même Maisonnée, nos relations avec la Grue sont cordiales. Il y a bien des dents qui grincent, des deux côtés, mais le temps aura raison du maigre mécontentement. Sinon des mariages avec les familles Kakita, Doji et Asahina sont en cours ou on déjà eus lieu, épaississant davantage l’amitié entre nos deux Clans. Aux haches et aux masses du Crabe se sont ajoutées les meilleures lances de Rokugan.

Les Kaïu restent égaux à eux-mêmes : discrets et efficaces. Nous n’avons pas grand besoin de « ninja », nous autres qui combattons à l’ombre du pire ennemi de Rokugan. En guise d’assassins et d’empoisonneurs nous alignons la plus formidable artillerie qui soit. Les remparts les plus épais et les mieux aboutis. Des voies d’accès propres, entretenues et bien pensées. Des bâtiments robustes, placés à des points stratégiques. Et les plus tranchants des sabres, et les armures les efficaces et tout un tas de merveilles que je n’aurais pas le temps de citer ici. En cinq années de paix, les Kaïu n’ont pas pris de pause. Pensez-vous ! Puisqu’il s’agissait – enfin – pour eux d’expérimenter sans bataille requérant leur présence, et d’améliorer sans contrainte, ils n’ont pas chômés. Le fruit de leur interminable labeur défie l’entendement. Oh, la Luciole peut bien venir et nous condamner ; oui, nous avons de la poudre noire, oui, nous noierons notre ennemi sous des boulets de fonte, et après ? Les édits de la dynastie Hantei sont à son image : enterrés et obsolètes. Nos alliés Kaïu ont édifié sept murailles entre Rokugan et l’Outremonde, sans attendre pour cela de récompense – ils savent quel est leur devoir. Ne les chamaillons pas pour des questions aussi basses et viles que l’utilisation d’artefacts gaijins. Ont-ils jamais eus de conflit avec d’autres Maisons ? Pas que je sache, depuis ces trois derniers siècles. Quelle vague ont-ils soulevé, à ce point violente qu’elle motive une guerre ? Aucune, à ma connaissance. Laissons-les à leur dévouement.
Il ne devrait pas tarder à nous servir.

Je conclurai mon tour d’horizon par la Maison Toritaka, anciennement le Clan du Faucon – mineur, installé à la lisière de la ténébreuse Forêt de Shinomen. Nous les avons subjugué, sans difficulté, pour leur imposer le silence. Quand nous projetions de prendre Otosan Uchi, et le pouvoir avec, nous savions que les laisser en arrière, voir nos préparatifs, serait du suicide. Les Clans mineurs sont réputés pour être bénis par les Fortunes ! Les ignorer tenait tout bonnement de l’inconscience. Nous les avons donc pris entre nos pinces. Ils nous en remercient encore, six après. C’est que nous avons chassé de leur maigre terre bien des maux : disette et fantômes, spectres et misère. Leurs archers et leur incroyable acuité, ils les ont mis à notre service sans rien nous demander en échange. Leur daimyo, Tatsune, s’efface quand causent les seigneurs Hida ou Hiruma, mais son avis a toujours quelque chose de neuf et, donc, d’intéressant. Les noces interfamiliales se multiplient, il faut le noter, et de nombreuses familles vassales tissent des liens avec eux. Si un jour les Toritaka devenaient une Maison de réelle importance, de hautes fonctions seraient à saisir au vol. Ils appréhendent néanmoins les jours à venir – jamais encore ils n’ont faits face à une horde de l’Outremonde. Oh, il y a bien eus quelques compagnies d’ogres en maraude, mais rien de bien sérieux. Si ils sont rompus à la fréquentation de gakis et autres saloperies mortes, les onis et démons en tout genre ne leur sont pas familiers.
Nous avons confiance en eux.

« Mais, me direz-vous, quelle est cette guerre ? L’orage annoncé, de quelle nature est-il ? »
Il y a cinq ans de cela Hida Kisada posait sa hache derrière le trône de la Luciole, et promettait à quiconque s’élèverait contre lui d’en goûter le tranchant. Avec du recul le geste était plein de bon sens. L’Empereur comptait dans ses accointances le maître de l’Outremonde, Tzu. Former à eux trois une alliance était la meilleure des choses. Sans la menace des terres impies et de ses hordes, le Clan du Crabe pouvait tourner sa juste fureur contre l’ombre et ses rejetons. Aujourd’hui Tzu est disparu. Il a mené, d’après nos sources, des troupes à l’arrière des barbares du nord, de façon à leur couper toute retraite – qu’ils ne soient jamais plus une menace pour Rokugan. Quelque chose a mal tourné. Serait-ce une tromperie de ce Ujina, l’instigateur de cette invasion ? Nous en doutons fort. Le maître de l’Outremonde s’est évaporé, laissant sa place à une inconnue : quelqu’un – ou quelque chose – a-t-il prit sa place ? Et si oui, quoi ? Le Clan du Crabe veille éternellement. Si son assemblée d’ancien a sonné le cor de la bataille, nous devons être prêts. Les hordes de l’Outremonde pourraient tout aussi bien frapper à nos portes cette nuit. Pour l’instant nous guettons, dans l’espoir qu’ils ne tardent pas trop, ces monstres surgis des enfers. Nous avons cinq longues années de rancœur à leur faire avaler.

Dévoué à l’Empire et à ses plus éminents représentants,

Hida Kuon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacenaire
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1930
Localisation : Orsay Isle Scharde Resort
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Ven 29 Fév - 19:08

HOP ! Les Lions !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacenaire
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1930
Localisation : Orsay Isle Scharde Resort
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Ven 29 Fév - 19:10

Par Kitsu Motso – rikugonshokan de la Troisième Légion d’Emeraude, capitaine à la droite du Shogun Shire-no-kami Meyako, lame lige du Trône et gardien des halls du Shogun, premier Sensei et fondateur du dojo Motso-no-Koji –

A Tonbo-no-kami Shutsu et ma Dame, Shire-no-kami Meyako,

Je vous épargnerais, dans l’ordre, mes regrets, ma poésie et mes remarques amères. Puisque c’est de mon Clan de naissance dont il s’agit, alors qu’il traverse une période sanglante, je resterai sobre et fidèle à l’esprit du guerrier. Impassible et froid en tout. Qu’il doive faire face à un sabre mortel ou à la vérité la plus cruelle, le samouraï oppose toujours la même sérénité. La distance signifie l’apothéose du sabreur, sa parfaite excellence – distance de cœur, distance de bras. Il en va de même pour les choses de l’intellect et de l’observation. Je vous propose de passer à l’exercice qui m’est demandé, à savoir établir un portrait de l’actuel Clan du Lion.
Sans aucun état d’âme.

La Famille Akodo n’est pas habituée à régner sur le Clan : elle l’a dominé tout du long de leur histoire commune, à de rares exceptions près. Ces transitions avec la Maison Matsu se sont passées sans réel problème, et la passation de pouvoir n’a jamais suscité plus d’émotion que cela. La Famille Akodo n’a pas pour seul but de servir les Hantei : elle n’avait pour raison de vivre que celle-ci. Soutenir la dynastie coûte que coûte, vaille que vaille, dans l’honneur et la piété. Etait-ce là leur seule aptitude, leur unique dessein ? Difficile à croire. Avec le rapide déclin des Hantei, puis leur incroyable chute, toute la Famille aurait du, en ce cas, s’effondrer avec les monarques corrompus. Mais ils sont toujours là. Privés de seigneur d’envergure, mais bien présents. La Maison Akodo compte parmi les plus puissantes de Rokugan ; on trouve toujours dans ses rangs des stratèges exceptionnels, que seule une poignée de samouraï peut égaler ; ses dojos forment des héros, et ce à chaque année. Un millénaire de tradition la supporte et la guide. Comment alors s’expliquer son marasme et les problèmes qu’elle traverse ? La défection successive de ses seigneurs. D’abord Toturi, le fourbe, qui a rejoint la Montagne, sans laisser d’héritier. Ensuite la Luciole, devenue Hotaru-Maru Premier, qui promettait de mener à son apogée toute la Famille. Ensuite Akodo Kaneka, réprouvé par la Shogun et le Champion d’Emeraude, n’a pas pu tenir longtemps son rang. Un nouveau dirigeant a émergé des plus lointaines branches de la Maison : Shigetoshi. Si ses opposants le disent rustre et avare, ses proches le décrivent comme un personnage circonspect, franc et économe en tout – il suit les préceptes les plus obscurs de Shinsei : le juste effort, la juste pensée, entre autres. Le conseil des anciens dirige en sous-main la Famille, espérant bien lui rendre sa gloire d’antan. Il prend part à toutes les affaires courantes, fourre son nez dans les alliances et la levée d’impôts. Pour le moment Akodo Shigetoshi laisse faire et affronte de face les Matsu.
Autrement la Maison Akodo tient en peu haute estime vos Seigneuries. Tonbo-no-kami Shutsu pour ses origines claniques, Shire-no-kami Meyako pour les « affronts répétés » à Akodo Kaneka. Si la valeur de vos deux personnes ne fait aucun doute – cela un Akodo ne peut que le respecter – une certaine frange de la Famille vous exècre. Ne serait-ce que pour vos positions novatrices et vos décisions ingénieuses, qui bouleversent lentement mais sûrement les habitudes rokuganis. La Maison Akodo est peut-être la plus souple et la plus ouverte du Clan du Lion, mais il y a des décisions qu’elle n’accepte pas facilement. N’en citons qu’une, la main tendue aux heimins et hinins ; les Akodo ont mal vécus cet afflux de bénédictions, monétaires ou spirituelles. Parce que c’est leur devoir, non celui de l’administration impériale. Parce qu’il s’agit de leur responsabilité, et que nul ne peut le leur nier. Oh, non, aucun Akodo ne pense que ce fut inutile, bien au contraire. Mais ils n’acceptent pas la forme et la façon, la trouvent dégradante. De l’aide, oui, mais qu’on respecte les apparences, et leur honneur.

Il en va de même pour les vues de Matsu Nimuro sur la direction du Clan.
Aux yeux de beaucoup de Akodo le seigneur Matsu est un étranger. Pour les autres c’est une énigme, pour le reste du Clan c’est un grand danger. Il est né d’une héroïne, Matsu Tsuko, et d’un père mort au moment de sa conception – feu le fiancé de Dame Tsuko, Akodo Arasou. A l’âge de cinq ans il en paraît quatorze. On dit qu’il a visité d’autres royaumes célestes, où le temps passe trop vite ou se délite. Là, des kenkus et d’illustres ancêtres l’ont instruits en des sujets obscurs. Un feu lancinant couve dans les yeux de Nimuro-sama. A la faveur de l’abdication de sa noble mère, avec sa bénédiction, il a passé son gempukku et prit la relève. Son aura, son intellect, tout cela lui a gagné le cœur des Matsu. Il est féroce, mais concentré. On dit son sabre aussi vif que son esprit, déjà fulgurant. Un gamin, comme le surnomment affectueusement les anciens de la Famille, a su conquérir une Famille matriarcale par nature, l’améliorer, même. Jamais les Matsu ne furent aussi nombreux. Ils dominent d’une bonne tête les autres Maisons de l’Empire, question nombre. A elle seule la Maison peut réunir deux armées au complet, rivalisant presque avec les Hida et les Hiruma réunis. C’est une force fantastique, dotée d’un dirigeant avisé, pondéré à l’heure de la paix et enragé le jour de la bataille.
Peut-être, dans sa sagesse, Matsu Nimuro a-t-il décidé de prendre le contrôle du Clan du Lion le temps que les Akodo se trouvent un seigneur ? Et que ce geste fut mal interprété. Nimuro-sama pourrait tout aussi bien souhaiter tout le Clan sous sa férule, qui sait. Le façonner comme il l’a fait pour sa propre Maison, dans le but de renforcer une puissance déjà grande. Il y a du génie chez ce jeune samouraï, ainsi que du mystère. Il a sauvegardé, envers et contre tout, les intérêts financiers de sa Famille, les rares liens commerciaux qu’elle entretient avec la paysannerie. Tandis que les Akodo laissent cela à des intendants craintifs. Les rapports de force ne sont pas les seuls à s’être inversés ; les esprits Matsu, considérés bouillants et hargneux, ont glissé chez les Akodo. Et l’âme de ces derniers, froide, analytique, s’est rendue aux Matsu. Ceux-ci se gardent d’envoyer au loin trop d’ambassades, mais sait se faire connaître de ses alliés. On dit que l’Empereur les tient en bonne estime, ne serait-ce que par sympathie pour Matsu Tsuko et son unique enfant. Contrairement à la Maison Akodo, les Matsu ne sont pas en délicatesse avec le Champion d’Emeraude et le Shogun. Si ils gardent pour eux leur grief envers les Akodo, ils s’essaient à conserver des rapports francs avec le reste de l’Empire – autant que possible : les Bayushi et les Matsu ne sont pas faits pour forcément s’entendre. Par exemple.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacenaire
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1930
Localisation : Orsay Isle Scharde Resort
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Ven 29 Fév - 19:10

Pareillement aux Ikoma et aux Tokugawa, les Kitsu sont restés neutre.
D’après eux les ancêtres du Clan ne s’expriment pas sur la guerre larvée, que se livrent Akodo et Matsu. Dès lors que les tensions sont apparues, ces shugenjas ont tenté de rassembler sous leur égide les Tokugawa et les Ikoma ; leurs traditions et leur bon sens millénaires justifiaient cette prise de position. Hélas pour eux, la dirigeante de la Famille s’est absentée. En effet, celle que l’on nomme « la sorcière » est partie en quête de son époux disparu (Tzu, maître de l’Outremonde). Ses vassaux sont peut-être unis, mais les avis des uns et des autres divergent – puisque les ancêtres se taisent. L’harmonie que promettait la Maison Kitsu manquait à ses propres rangs. Pourquoi, alors, les suivre ? Ravalant leur fierté, les Kitsu ont suivis l’élan des Ikoma, se rangeant – bon gré mal gré – aux côtés des Tokugawa. Ils n’en tiennent rigueur à personne, ne cherchent aucune revanche. Ce n’est pas dans leurs habitudes que de s’offusquer pour un méchant coup du sort. Au contraire : ils servent intensément l’effort des Ikoma, se joignent dès que possible aux ambassades que ceux-ci envoient chez les Matsu et les Akodo. Ils savent que jamais un vassal de ces deux Familles ne dégainera contre eux, quelles que soient les circonstances. Un samouraï du Clan du Lion préférerait mourir que de frapper un Kitsu. Ne sont-ce pas eux qui parlent au nom des ancêtres ?
Contrairement à ce qu’on pourrait attendre, les vassaux de la Maison se moquent du vent nouveau qui souffle sur Rokugan. D’abord parce qu’ils ont plus important à faire, ensuite parce que cela ne les dérange pas – ni eux, ni leurs traditions. Si le Champion d’Emeraude n’était pas né Tonbo, ils le vénéreraient presque. Si le Shogun avait été baptisé Hida, Akodo, Matsu ou Ikoma, il serait la coqueluche des Kitsu. Encore une fois, les gens du Clan du Lion respectent avant tout la valeur – à leurs yeux – des individus, ensuite seulement leur lignage et leurs allégeances. Si les Akodo peinent à accepter les changements en cours, ce n’est pas le cas des Kitsu. Ceux-ci sont habitués aux réformes, aux métamorphoses de l’Empire. Depuis onze siècles ils en sourient gentiment et retournent à leur devoir immuable. Ainsi vont-ils, au cœur du chaos des provinces du Lion comme au devant du futur – sereinement, avec la vérité des âges passés en guise d’armure. C’est cette attitude, très solennelle, qui a poussé des réfugiés, nobles ou non, à quérir leur protection. En la petite province Kitsu vous trouverez de vieux samouraïs, Matsu ou Akodo, accompagnés de leurs proches, en discussion ou autour d’une tasse de thé. Parfois penchés sur un plateau de go. C’est un havre de paix que les Ikoma et les Tokugawa se sont jurés de protéger à tout prix, puisqu’ils y voient une chance pour la paix.

Ainsi donc les Ikoma sortent leur épingle du jeu. Tour à tour patrouilleurs, bardes, guerriers, diplomates et espions, ces gens se sont alarmés avant tout le monde des tensions. L’apparition de Akodo Kaneka, un officier d’exception mais un piètre politicien, a provoqué chez eux un malaise et une inquiétude tenaces. Leurs soupçons s’avérèrent justifiés ; ils étaient donc prêts quand il fallut empêcher tout le Clan de s’embraser. Leurs ambassades étaient déjà sur place, travaillant d’arrache-pied pour endetter les Familles incriminées et les contraindre à régler leur différent entre elles. Sans emporter, faveurs passées obligent, les Maisons Ikoma et Tokugawa dans leur sillage. C’était un pari risqué – j’en sais qui qualifient cela de lâcheté et de désobéissance – mais payant. Aujourd’hui les Ikoma jouissent d’une position peu enviable mais, si la Maison agit au mieux, exceptionnelle. Les fruits de la victoire seront somptueux, surtout si cette victoire est exempte de sang. Les vassaux de la Famille gardent à l’esprit les impératifs de leur objectif, et essaient en permanence de ne pas rompre le fragile équilibre, celui qui retient le gros des forces Akodo et Matsu. Leur jeu est dangereux, ils en ont conscience. Une conscience aigue, d’ailleurs ; une telle neutralité ne peut durer indéfiniment ; tôt ou tard leur réputation en sera entachée ; alors il faudra agir, prendre parti.
Cette crainte, légitime, est un souci de première heure. Voyez-vous, messires, la Famille Ikoma dispose de la quatrième armée du Clan du Lion – baptisée l’armée Ikoma, bizarrement. Il s’agit d’une force polyvalente, capable de répondre à de nombreuses menaces, en peu de temps. C’est autant une faiblesse qu’une force : elle peut répondre vite et avec violence à toute attaque, mais manque de spécialisation. Elle ne saurait, par exemple, faire face à un assaut de grande ampleur ; ni, autre exemple, tenir un long siège. Ce qu’elle gagne en souplesse, cette armée, elle le perd en efficacité effective. Ce ne fût pas un bonheur que de l’arracher aux Akodo, ce corps. Il formait le ciment de tout le Clan du Lion. Les Akodo sont la main qui tient le sabre. Les Matsu, le tranchant de celui-ci, sans lequel l’assaut n’a même pas lieu d’être – ainsi que, privé de main, le sabreur est bien incapable de pourfendre son adversaire. Les Ikoma sont le ventre du guerrier, le réceptacle de son esprit, sans qui le sabre n’a pas à être brandit, ni même porté. Privés de leur principal corps diplomatique, les Akodo et les Matsu ont bien du mal à trouver ailleurs que dans le Clan des appuis et des alliances.
Prions pour cela dure.

A l’ombre des Ikoma, la Maison Tokugawa tire son épingle du jeu.
Rappelons que cette Famille est réapparue grâce à la Luciole, alors qu’il dirigeait le Clan du Lion. Elle fut éteinte aux alentours du troisième Siècle, pour des raisons obscures ; étonnant, d’ailleurs, que les bibliothèques Ikoma fassent peu de cas des Tokugawa. Si on en croit les rares écrits les concernant, le premier Tokugawa servit la Famille Akodo en qualité d’ingénieur et d’expert. Le Clan lui devrait Shiro Matsu, Shiro Akodo et le Hall des Ancêtres – rien que ça. Ainsi que la majeure partie de ses routes et de son tissu économique, pour en rajouter. Les anciens de la Maisonnée prétendent que les gardes d’élite du kami Akodo étaient des Tokugawa ou, du moins, étaient formés par eux. Certains historiens se demandent si cette foule éclectique de samouraïs ne serait pas à l’origine de sa propre perte. A trop s’étendre, il est effectivement possible qu’une Maison disparaisse, avalée par d’autres, plus vastes. En l’occurrence la Famille Matsu, puisque les Tokugawa lui prêtèrent allégeance. Réduits, autant financièrement que politiquement, les Tokugawa cherchaient à se protéger d’ennemis implacables, contre lesquels personne ne pouvait rien – mais qui est assez fou pour s’attaquer aux Matsu ?
Ironique, donc, qu’un Akodo les réhabilite. C’est néanmoins ce qu’a fait Hotaru-Maru, sans qu’on puisse se l’expliquer. Il s’est tourné vers cette maison vassale, en quête de réponses. Auprès d’eux il a renforcé sa connaissance du Clan, dans son ensemble et par ses particularités, et étudié de très près sa topographie et son histoire. Même le fourbe Toturi, pourtant réputé pour sa vaste érudition, n’en sait pas plus que l’Empereur sur le Clan du Lion. Cette affection pour une famille obscure, quasiment anonyme, de la part d’un si grand seigneur, la sortit des ombres. Des officiels leur rendirent visite, après coup, s’enorgueillirent d’avoir eu cette chance. Leur prestige alla en grandissant – créant au passage un schisme parmi eux. Si ce fut un choc, personne n’en fut vraiment surpris : un matin, la Luciole offrait son statut de Maison majeure aux Tokugawa. Des vassaux d’antan revinrent à eux, au grand désarroi des autres Familles du Clan. Leurs finances et leurs prérogatives s’en trouvèrent décuplées, il fallait faire face. Trois individus s’opposèrent, trois Tokugawa aux vues différentes. Le conflit fut rapide, bref et unilatéral. Tokugawa Sakanoko, du fait de sa témérité et de sa magie, gagna l’appui du gouverneur de Ryoko Owari, du futur Shogun et du Champion d’Emeraude – dans une moindre mesure. Ses opposants se retirèrent après une paire d’altercations, comme il se doit. Depuis la shugenja dirige depuis la Cité des Mensonges, avec finesse et fermeté. Elle a le soutien inconditionnel de ses vassaux, et pourrait bien gagner une place à la cour de Tsuma si aucune guerre civile n’éclate pour de bon.
Voilà pourquoi les Tokugawa se sont rangés aux côtés des Kitsu, quand les Ikoma se sont soustraits au conflit Matsu / Akodo. Sakanoko-san, grâce lui soit rendue, a concentré de nombreuses responsabilités, dont les seigneurs ont tôt faits de se débarrasser. A savoir les travaux de voierie sur tout le territoire du Clan, la construction et l’entretien des greniers et réserves, des relais impériaux, des douanes, ainsi que le bon fonctionnement du réseau de messagers. De quoi agacer, si la Maison le souhaite, l’un ou l’autre des partis. Il faut parier sur les Tokugawa, messires ; sans eux, l’alliance des Kitsu et des Ikoma ne pèserait guère. Les premiers n’auraient rien à craindre. Les seconds, en revanche, perdraient tout crédit, seraient tiraillés entre Akodo et Matsu.

Aujourd’hui, alors que je couche mes réflexions sur ce parchemin, le Clan du Lion attend que vienne le printemps. Alors seulement – à moins que le hasard ne frappe – l’avenir du Clan sera décidé. Jusqu’ici des escarmouches seulement saignent la frontière entre les deux grandes Maisons. Ils se jaugent, tâtent et poussent le sabre de leur adversaire. Comportement typique d’escrimeur, si mon avis sur la question vous intéresse. Pour peu qu’une provocation de trop embrase l’huile chaude, c’est tout le centre de l’Empire qui pourrait bien s’embraser.

Je vous renouvelle mes serments,

Kitsu Motso.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fablyrr
Big Boss
Big Boss
avatar

Nombre de messages : 5924
Age : 40
Localisation : paris
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Sam 1 Mar - 20:28

bon je vois que tu profites de notre avbsence pour balancer au kilometre Smile

j'ai lu l'intro de satsume san....
la première question sera (puisque tu frimes une fois que tu as lu tes bouquins l5r) c'est quoi rikugonshokan ? tongue

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fablyrr.com
fablyrr
Big Boss
Big Boss
avatar

Nombre de messages : 5924
Age : 40
Localisation : paris
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Sam 1 Mar - 22:39

j'ai lu le I et donc je n'ai qu'une question

Bayushi Saibankan : c'est qui ? :P

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fablyrr.com
pandore
Polyglotte du JdR
Polyglotte du JdR
avatar

Nombre de messages : 3787
Localisation : paris
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Lun 3 Mar - 11:31

Qu'en est-il de la cité créée par Shutsu ?
Sinon, j'ai tout lu, j'attend la suite

_________________
J'en estomaque deux! J'en empale un tout vif!
Quelqu'un m'ajuste : Paf! et je riposte... / Pif!
- Edmond Rostand (Cyrano)
http://charlottebousquet.blogspot.com/
www.charlottebousquet.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.charlottebousquet.com
Lacenaire
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1930
Localisation : Orsay Isle Scharde Resort
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Lun 3 Mar - 11:43

Soshi Saibankan: fondateur du système "unifié" des lois rokuganis: un des Hantei lui a commandé un rapport sur l'état judiciaire de l'Empire, courant 4éme siècle. A l'origine de la magistrature d'Emeraude.

Shutsu-Cho / Shaitung-Cho: développée dans le chapitre du Clan du Dragon (à venir, sur lequel je bloque et... que j'espère vous fournir... Jeudi? pale )

Merci pour votre attention cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fablyrr
Big Boss
Big Boss
avatar

Nombre de messages : 5924
Age : 40
Localisation : paris
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Lun 3 Mar - 13:40

comment ca on te laisse tout ce temps et c'est pas fini ? lol!
bon il me reste une partie du lion a lire Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fablyrr.com
Lacenaire
blizzard des lettres
blizzard des lettres
avatar

Nombre de messages : 1930
Localisation : Orsay Isle Scharde Resort
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   Lun 3 Mar - 13:56

Si mes honorables joueurs le désirent, une version word est disponible study

EDIT: la suite sera disponible Mercredi!

Citation :
c'est quoi rikugonshokan ?

Général / Colonel, selon. cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..   

Revenir en haut Aller en bas
 
[L5R] campagne lacenaire : les invasions barbares..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les invasions barbares ! Galerie WAB du club Rathelot.
» Invasions en Angleterre
» La campagne de l'été : la couronne du destin...
» Blau Fluss, atterrissage en campagne près de Frankfurt.
» Campagne D&D 3.5 Nouvelle Année

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les parties à raconter :: Oriental - Manga :: Legende des 5 anneaux (L5R)-
Sauter vers: