Le forum des narrations de parties JDR
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Fading Suns les Carnet D'Ackham

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
guilee
blablateur
avatar

Nombre de messages : 13
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Fading Suns les Carnet D'Ackham   Mar 8 Mai - 18:51

Voici le récit de la campagne que j'essaye de mener à terme sur Toulouse pas toujours évident mais bon... kawabunga j'me lance.

Nous sommes en l'an 5002, la course de l'humanité dans les étoiles dure depuis plus de 3000 ans quand les premiers explorateurs découvrirent les traverses, les portes des étoiles. Il s'agit d'immense anneaux gravitant en bordure d'un certains nombre de systémes habitables dans le cosmos. Ils furent baties bien avant que ne se léve le premier homme par ceux que l'on a appelé les Annunaki. Ces portails permettent de franchir les espaces entres monde et les humains finirent par comprendre leurs fonctionnement.

Un espace colonisé par les humains s'est donc dévellopé au fil des siécles. Il y eut plusieurs époques:

- La premiére république les zaibatsu, conglomérat industriels et financiers issus de la terre tentérent de maintenir leur hégémonie sur l'humanité comme les grandes corporations d'antan.

- La diaspora et l'âge des miracles, face à l'immensité de l'univers explorés les zaibatsu se révélerent incapable de maintenir leurs tutelles trés longtemps. Il y eut donc une époque de balkanization ou l'humanité s'étendit sans trop se préoccuper de s'unir. C'est aussi l'âge des révélations durant lequel Zébulon (le prophéte) arpenta avec ses disciples l'espace connue en prêchant une nouvelle religion reliant l'existence à la lumiére des étoiles dispensée par une force créatrice (le pancréateur).

-La seconde république, face à des menaces extraterrestre et aussi grâce à l'action de l'église l'humanité finit par s'unir pour fonder une nouvelle république qui dura plus de mille ans. Ce fut le pinacle de l'avancement de
l'humanité pour certains, une période de bas matérialiste pour d'autres.

-Le nouvel Age sombre, sous l'effet de plusieurs phénoménes et des conspirations de certaines puissances politiques (église et maison nobles) la seconde république s'effondra pour être remplacé aprés une période de tumulte par une sorte de nouvel ordre féodal.

Des 10 maisons nobles qui complotérent la chute de république il n'en reste plus que 5 :Hazat, Décados, Hawkwood, Li Halan et Al Malik. L'univers vient de traverser une période de guerres féroces (trente ans) pour qu'enfin un empereur soit désigné. Il s'agit d'Alexius de la maison Hawkwood.

A côté de cela l'église maintient les multitudes sous une chape spirituelle et moraliste, elle se divise en plusieurs sectes ou ordres (orthodoxe, eskatonique, almathéene, avestite et fréres batailles) mais les croyances orthodoxes dominent. Pour ces derniers, il s'agit à présent de polir son âme en menant une vie austére et ascétique puisque le temps du jugement est proche.

Enfin il y a ceux qui ont réussit à maintenir leurs indépendances en contrôlant l'accés aux anciennes technologie et en organisant le commerce cosmique, ces sont les guildiens (auriges, recruteurs, ingénieurs, fouinards et baillis)....

Mais pendant ce temps, les étoiles lentement s'éteignent (Fading Suns) causant la misére et la ruine partout. Nul ne sait ce qui provoque ce phénoméne... certains religieux pensent que l'humanité a trop péché et que l'eskaton est là, d'autre parle de machines diaboliques annunaki déreglées...

L'Empire est assiégé par des périls externes et internes. Des barbares ravagent ses marches (Kurgan et Vuldrok) tandis que d'étranges êtres l'observent avec d'énigmatiques sourires... mais la liste est encore longue de Stigmata à Leminkainen, de Manitou à Severus...

Les joueurs parcourent cet univers à l'aube d'un nouvel âge. Des mondes sont redécouvert, des routes sont réouvertes et certains se prennent de nouveau à espérer ... Entre crapules et saints, quel rôles nos héros choisiront-ils de jouer?

Est-ce le début d'un dernier chant? Ou le commencement d'une nouvelle ronde ou l'homme trouvera enfin les réponses aux questions qui la hante depuis que son poing se referma sur un silex taillé?


Dernière édition par le Mar 8 Mai - 19:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guilee
blablateur
avatar

Nombre de messages : 13
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Fading Suns les Carnet D'Ackham   Mar 8 Mai - 18:52

Il y a de cela trés longtemps (3991), trois navires (Un en or, un en argent et un en bronze) mirent le cap sur le soleil du Systéme d'Icone. Ces trois navires étaient conçut pour une expérience trés particuliére consistant à animer, "rendre la vie" à un trés ancien artefact laissé par les Annunaki, "une gargouille".

Tout ne se passa pas comme prévue puisque les navires furent attaqués par des créatures du vide qui furent repoussés quand l'étrange machine se mit en marche. Les trois vaisseaux devinrent alors incontrôlable et disparurent des mondes connus en prennant la traverse de Vera Cruz.

4752: Le Professeur Paulus de l'Universidade Orthodoxia De Rio Azul (Teyr Sainte) chargea un aventurier de la guilde des Auriges, le Capitaine Ackham, de retrouver la trace des trois navires.


4767: Le Capitaine Ackham fut ramené par des Vuldrok (un peuple de pillards sévissant en marge de l'Empire) dans le systéme de Leminkainen. Il était affligé d'un mal étrange qui lentement le consumait.
Il avait finalement reussit à retrouver les trois navires: un gisait au fond de l'océan d'une planéte du califat Kurgan et les deux autres au centre d'une lune creuse dans un systéme inconnue secoué par une guerre féroce entre Vuldroks.

Son dernier souhait fut de revoir ses trois fils mais il mourut bien avant leurs arrivée. Il laissa à chacun d'eux un présent puis son carnet de voyage. Ce carnet fut par la suite volé.

Le premier fils s'appelait Parsifal il avait changé de nom pour celui de Vo Nolan (le nom de sa mére). Il enseignait en Xénoarchéologie à l'Académie Interrata de Leaguenheim, la planéte centrale de la guilde. Son présent était un sceptre étrangement ouvragé.

Le deuxiéme se nommait Yoshiu San Ackham qui était un marchand prospére établit sur Stigmate avant que ne commence l'invasion des horreurs symbiotes. Il reçut un évangile oméga.

Le Troisiéme se nommait Banning Ackham et en tant que maître de l'etiquette il s'installa sur Malignatius au service des Li Halan (qui viennent d'en être chassé pars les Décados). Il emmena l'anneau que lui confia son pére mourant.


Sir Chamon Mazarin, une âme damnée de l'empereur, a retrouvé le Carnet d'Ackham. En l'étudiant, il a compris que pour retrouver les vaisseaux il fallait qu'il rassemble les trois legs des enfants d'Ackham. Il a donc décidé de rassembler un groupe d'aventuriers/fidéles impériaux aux compétences diverses en leur faisant miroiter des fiefs sur de futures terres impériales ou beaucoup, beaucoup de Phénix...
Un mot des personnages avant tout:

Nikita Décados: Noble Décados chevalier herrant de l'empereur Alexius. Un noble qui a fait son temps dans la marine impériale pour se tenir à l'écart de probléme familiaux...

Dona Juana Silal de Quechua: Une noble Thana affiliée au Hazat dispose de pouvoir psi en liaison avec son épée de brume (style épée laser). Elle est Chevalier Herrant.

James Statham: Un indépendant souffrant d'une étrange affliction lié à son passé, il a été recruté pour ses conaissances technologiques et en tant que marines dans le navire l'Etoile qui convoit les PJ.

Estielle: Une fouinarde recruté comme muscle plus que pour autre chose a elle, cherche à cacher un sombre passe...

Tiberius Vajna Hawkwood: Capitaine de l'étoile le Navire qui entraine les PJ.


Dernière édition par le Mar 8 Mai - 19:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guilee
blablateur
avatar

Nombre de messages : 13
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Fading Suns les Carnet D'Ackham   Mar 8 Mai - 18:56

Hors donc les personnages ont décidé de comencer leur périple sur Leaguenheim à la suite de feu Parsifal Vo Nolan (le 1er fils). Leaguenheim est le centre politique des guildes marchandes qui survivent dans l'Empire. En sortant de la traverse (la porte des étoiles), on se retrouve dans un intense traffic cosmique venant des quatres coins des mondes connus et au delà.

Le voyage vers la planéte principale se passe tranquillement puis le vaisseau est détourné vers la Station Vatha en orbite géostationnaire qui est un passage obligé vers Kesparate, la mégalopole de ce monde dont le centre ville est grand comme notre petite France.

C'est l'occasion de se renseigner sur les possibilités d'accéder à l'Académie Interrata ou aurait professé le xenoarchéologue (spécialiste des civilisation anciennes extra terrestres). En effet du fait des nombreuses menaces terroristes pesant sur ce grand centre de savoir des mondes connus, il n'est plus possible de pénétrer sur le campus sans souscrire à un cursus. Comme les personnages ont pour consigne de rester le plus discret possible, ils décident donc de s'inscrire à la prochaine session d'examen d'entrée (ce qui ne se révelera pas des plus simple par la suite).

C'est alors la descente en navette vers Kesparate, et l'arrivée dans un centre urbain extrémement pollué et policé du moins au centre ville.
La découverte aussi du fait que le coût de la vie y est proprement exhorbitant d'où les rêves de certains d'y finir simple chauffeur de glisseur (taxi volant) mais ce n'est pas si simple...

Ils arrivent donc à l'Académie pour passer l'examen d'entré que certains repasseront allégrement mais ce n'est pas grave car tous y arrivent à la fin. C'est aussi le moment de choisir une orientation et en perspective d'excursions par delà les frontiéres de l'univers, certains s'inscrivent en histoire Vuldrok (Vikinguité), d'autres en lettres Obunes et un dernier en ontologie de l'escrime (ca coupe).

En guise de piaules, nos camarades investissent le somptueux dortoir Erati puis entre deux cours et trois descentes au bar de Mag (lieu de détente du campus), il réussissent à glaner diverses infos:

1- Parsifal Vo Nolan a disparu durant une exploration sur Velisamil (planéte d'origine des Obun) dont il est trés difficile d'obtenir le moindre détail.

2- Les derniéres notes et effets du professeur sont actuellement en dépot au département de Robotique (accés trés restreint) chez un chercheur au nom de LEX XV.

Il s'agit donc d'accéder à ces documents et les PJs essayent de prendre contact avec un des étudiants de LEX XV, Léto Debussy, pour qu'il les obtienne pour eux. Celui-ci visiblement trés nerveux prend le large, dés qu'il se sent suivie. C'est l'occasion d'une poursuite dans des quartiers moins ragoutants de Leaguenheim, jusqu'au "Bloc". Il s'agit d'une grande structure en Terracite à l'abandon ou oeuvrent divers gangs aux activités peu licites (il y en a aussi sur Leaguenheim). En gros aprés un échange courtois de bastos, Nikita Décados et Esthielle mettent la patte sur Léto et aprés s'être expliqués, ils arrivent à un arrangement.

Léto récupérera les affaires de Parsifal, et en échange ils l'escorteront en dehors du systéme. Il déposera sous contrôle d'Estielle un envoi à la guilde des messages dans le Hall de l'alcove Cyber (le département de Robotique de l'académie) qui sera ensuite convoyé jusqu'à Velisamil.
Par la suite sans la présence physique de Léto, il ne sera pas possible de les récupérer.

Léto semble craindre pour sa vie (les services secrets Li Halan en aurait aprés lui?) mais en dépit de cela les PJ prennent le temps de graisser la patte de l'administration pour passer un dernier examen, et obtenir un précieux diplôme de l'académie.

Cela passe et nous filons donc à une traverse de là...

C'est l'entré dans un espace lui aussi trés surveillé par la maison Hawkwood (la maison d'origine de l'empereur). En chemin, une navette de l'inquisition (ou inquisitatrice?) arraisone leur navire. N'ayant rien à cacher, nul ne croit bon d'interdire l'accés aux quelques prêtres avestites (talibans cosmiques) et orthodoxes (catholiques eux). Néanmoins, c'est l'occasion pour certains souffrant d'allergie religieuse de chercher quelque endroit pour se cacher..."Mais enfin c'est moi qui le premier ai pensé à aller dans la tourelle!?"

Je vous le donne en mille, cela balance et l'Ukar Kadar Sadaran (ingénieur en second de l'étoile) fait la conaissance d'une certaine idée de la mansuétude du pancréateur. Il ne quittera plus sa croix cosmique pour la suite, encore que...

Sur ce la navette se désengage et tout est finit? Non, Léto semble pris d'une toux de mort, qui l'aménera dans les bras de la faucheuse au comptoir de le guilde des messages de la station Farr'hallen (le point de descente vers Velisamil).

Ce comptoir justement, Nikita Décados et consoeur, récupérent les notes du dernier voyage de Parsifal vers le Pic mythique du Kand'Ohr'Gann dans la chaîne Xho'Allafanen. Imaginant que le sceptre qui motive toute leurs tribulations se trouvait en sa possession, il s'agit de planifier une excursion vers des cimes culminant à plus de 8000 m d'altitude (excusez du peu, la gravité de Velisamil est moindre que celle de notre bonne vieille terre).

C'est la descente dans une gracieuse navette de liaison vers Loaajen, la capitale politique de Velisamil. C'est un petit choc culturel. Les Obuns étant en grande partie télépathe, ils parlent peu et de maniére trés effilée réservant les discours aux seules considérations philosophiques qui toujours les caractérisent. Il s'agit, au premier abord, d'une société trés harmonieuse et pacifique contrastant nettement avec celle que l'on trouve dans le reste de l'espace humain. Aprés un bref séjour dans cette ville pour y glaner les informations nécessaires à la conduite de leur périple, les personnages prennent la direction du Kohaa et de sa capitale Sanaa.

Nous passons dans l'un des grands glisseur magnétique qui emméne en un temps record nos héros à destination. Les Kohaanais sont des obuns à la peau plus sombre, aux moeurs un peu plus guerrier, le combat étant considéré chez eux comme une voie respectable vers l'illumination. Il est courant de croiser à Sanaa de ces maître épéiste du Vol’Intalle Arrn (pratique martiale ancestrale), n'est ca pas Juana? Aprés négociation avec un gredin des amis de Kadar, nos camarades goutent tranquillement un met local.

Et là, un noble de la maison Juandastas (une maison mineure xénophile) les salue, tout en se signalant à Estielle ce que ne manquent pas de remarquer Juana et Nikita. Il s'ensuit une explication sur laquelle, je ne m'apesantirais pas. Ils partent donc dans un ancien véhicule militaire Hawkwood (style gros 4X4) vers la lisiére des Xho'Allafanen. La nuit à l'ombre des dantesques montagnes, ils font la conaissances de montagnards du coin en maraude, les Xhos. Il s'agit du plus ancien peuple de Velisamil qui a conservé des traditions qui remontent aux époques les plus sauvages de l'histoire Obun. Le matin vient, et il faut bien enfiler son barda prés avoir réparé et mis à l'abris le véhicule mis à mal le jour d'avant.
L'ascencion vers un haut plateau se passe sans anicroche notable, mais la suite sera plus goutu avec le froid, les tempêtes violentes, les armes énergétiques qui rendent l'âme du fait de perturbations électromagnétiques et pour finir... de petits exemplaires aux dents longues de la faune locale qui manquent d'engloutir un Ukar.

C'est blessés, épuisés, gelés et quasi désarmés que nous arrivons au pied du Kand'Ohr'Gahn dont l'escalade dans une atmosphére brûlante et étouffante cette fois, teste encore la détermination de chacun. Prés du sommet, une caverne et quelques hermites obun survivant on ne sait comment, puis enfin une éminence dégagée ou trône d'immenses ruines concentriques Annunaki (les grands anciens de l'univers) car il faut bien arriver (vers 5h00 du mat's).

Là ils retrouveront la dépouille calcinée de Parsifal et surtout, surtout le sceptre sous la garde vigilante de grands golums planant qui les voient redescendre en toute hâte (à en oublier James/Jason Statham). La fin de ce trek n'est pas non plus de tout repos, car les Xhos leur font comprendre qu'on ne trouble pas si aisément leur domaine avec un démonstration de puissance psi insoupçonnée (explosion d'une barriére rocheuse).

On s'en retourne à Loaajen et à l'astroport c'est la surprise d'une rencontre avec Tibérius Hawkwood, le capitaine du vaisseau de nos amis.
Il prend la fuite devant ceux qu'il est censé convoyé puis disparait littéralement dans l'air...

A l'Etoile, rebonjour Tibérius? Qui est surpris de se voir dire qu'il vadrouille en ville alors que le navire s'appréte à partir. Un sosie?
Envoyé par qui? Qu'a t-il fait en l'absence du capitaine?
On fouille et on retrouve plusieurs strates de dispositifs de surveillances ou de traques électroniques...

Et il faut bien mettre le cap sur Malignatius qui gravite dans l'orbite de la maison Décados auquel appartient Nikita. Il s'agit cette fois de retrouver la trace de Banning San Ackham et de son anneau, tout en résolvant un sournois litige que notre baron favoris a au sujet de mines juteuses.

Malignatius est un monde qui a été en partie ravagé au cour des guerres impériales en passant de la couronne Li Halan à la couronne Décados. Il s'agit également d'un monde renommé pour être le plus glacial de l'empire (bien que nous restions sur une fine bande équatoriale pour cette fois), et aussi du point de ralliement de tout ce que l'empire compte de sectes religieuses dissidentes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guilee
blablateur
avatar

Nombre de messages : 13
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Fading Suns les Carnet D'Ackham   Mar 8 Mai - 18:57

Il n'y a pas cette fois du fait de la pauvreté de la planéte de station de contrôle à l'arrivé, et c'est donc dans une navette pilotée par la main experte de James Statham que nos héros atterissent à l'astroport de New Jakovgrad. Un passage devant les autorités Décados qui accueillent à bras ouvert la baron Nikita puis nous filons vers le palais de la Duchesse Valentina, pour prendre rendez vous.

Un jour plus tard, explication il y a entre Nikita et le Chambellan de la duchesse qui se conclut par force jurons et sombres regards sans que notre baron remette la main sur ce qui lui revient de droit. Ceci laisse Juana mener la recherche d'information sur le défunt Banning San Ackham. Cela lui permet via diverses rencontres dans les milieux de la noblesse Li Halan encore présente, d'apprendre que son descendant, Grief d'Ackham, vit caché à Jaroslava un petit bourg minier à quelque encablure de la capitale. Dans le ventre de marcheurs forestiers, de gros véhicules sur pattes utiles pour traverser les bois touffus du Nunaat, les personnages se font véhiculer assez inconfortablement à cette destination.

A l'arrivé dans une forêt sombre au bord d'un lac noir, les personnages s'essayent à accéder à Grief dans un simili saloon au bout de nul part.
Aprés une petite bagarre, ils se font repérer par la milice locale puis envoyer paitre par Grief qui leur intime discrétement de repasser la nuit suivante. C'est l'occasion de voir de loin, un Ukar accompagné d'un grand loup qui travaille pour le boyard du secteur.

Caché dans des sous-bois humides, on attend que la nuit tombe pour s'en aller au rendez-vous d'extraction de Grief. Celui là se passe bien, ce qui se passe moins bien c'est qu'en voulant amasser quelques vivres chez l'épicier du secteur, les joueurs se font repérer par la garde Décados et l'Ukar au Loup. Une nouvelle rixe, un loup tranché à coup d'épée de brume, une course pour rejoindre quelques Zuranistes (une secte de nomade cosmique) et nous nous retrouvons au petit matin fort dépourvus, Juana ayant été capturée...

Son sort ne sera pas des plus appréciable mais le pire est qu'on lui enléve sa lame, son bien le plus précieux. Pendant ce temps, nos amis rencontrent enfin les fils de Zuran avec lesquelles ils négocient le passage jusqu'à New Jakovgrad par dirigeable. Ils apprenent également que Juana doit être mise à mort le jour suivant, d'ou l'organisation d'une mission de secour. Les Zuranistes y prétent la main en faisant promettre aux personnages qu'ils eméneront dans leurs bagages d'outrespaces en plus de Grief, leur guide Zuraniste Andréalo qui devra lui aussi fuir.

Un petit comando déterminé s'approche donc juste avant l'aube de Jaroslava et par une action rapide et déterminée liquident les gardes de Juana dont un Kossack, une des troupes de choc Décados.
Ils la libérent, et filent avec elle encore blessé dans le corps et l'esprit. Un voyage en ballon plus loin, nous sommes de nouveau à New Jakovgrad ou l'alerte a été donné et la garnison mise en état d'alerte face à cette attaque inqualifiable de terroristes sans doute affiliés au Li Halan.

En ville, la situation est difficile pour des personnages traqués et dont on connait le signalement. Juana hantée par la perte de son bien, finit par "sentir" sa présence dans la Cathédrale de New Jakovgrad ou elle a juste le temps d'assister au départ d'un convoi ecclésiastique dont fait partie l'Ukar. Tenter quoi que ce soit semble folie, et il faut bien se retrouver avec Nikita qui pendant ce temps à réussit à joindre l'ambassade impériale.

On lui indique la position d'un vaisseau caché hors de la ville, et comme il indique que son équipe dispose d'un pilote émerite, il semble risqué mais de l'ordre du possible aux impériaux qu'ils évacuent le monde au nez et à la barbe de la chasse royale. A la place dite, cette possibilité semble moins viable de prime abord et Nikita réfléchit sans doute à ce que tout ceci peut signifier en ce qui concerne ses rapports avec sa maison. Il décide donc d'essayer de jouer franc jeu, du moins en apparence, et va pour rejoindre la palais de Valentina. Malheureusement, en chemin il est stoppé par des troupes qui le méne en prison directement...

Et là dans la forêt alors qu'on attend son retour avec impatience, force est de constater qu'il ne reviendra pas si aisément...

Puis le temps passe et James fait un rapport à l'ambassade via le comunicateur sécurisé de la navette. Les fonctionnaires sont bien surpris d'apprendre la défection de Nikita, mais ils ont des consignes et sont bien obligés d'en référer via l'ambassadeur à la duchesse Valentina

D'autre part, les impériaux envoient un "nettoyeur" à la capsule pour guider les personnes présentes à un glisseur officiel et traiter ce qui doit l'être... adieu Grief et Andréalo donc. Estielle en profite pour récupérer son anneau sur le cadavre encore chaud.

Au même moment, Juana a sombré en catalepsie, le contrecoup de la perte du lien mental avec son épée.

Nos trois amis finissent par se retrouver à l'ambassade, ou un Nikita qui a lui aussi vécut une expérience éprouvante dans une géole Décados finit par arriver. Il leur est précisé qu'une confrontation doit avoir lieu le jour suivant sous l'hégide de la duchesse Valentina avec le boyard dont les soldats ont été tués et les terres dérangées...

Et c'est en grand uniforme impérial, que les personnages se présentent à la Maison de la justice, de bon matin juste à temps pour voir le départ de dissidents vers le goulag et quelques exécutions... juste de quoi inquiéter. L'entrevue à lieu, et Nikita arrive à retourner en partie l'accusation qu'on lui fait, vers le boyard qui en désepoir de cause finit par demander réparation en ne se mouillant pas trop via Igor Décados. Les protagonistes se mettent en place et Nikita est rapidement mis à mal, et c'est seulement par un retournement de situation imprévu qu'il arrive quasi mourant à prendre le dessus...

Ils sont donc libre de quitter Malignatius, et faisant pression sur le Boyard qui a perdu la main, ils arrivent à apprendre que l'Ukar qui a torturé et volé Juana a fuit vers Ishktar (un monde à un saut de traverse de là). Il s'appelerait Eruj et appartiendrait au clan Draka...

Voilà Ishktar, le monde capital de la maison Al Malik et son gigantesque marché...

Le vaisseau des PJ ayant été saboté par un dispositif technologique dont ne sera jamais (?) comme il aura trouvé la route du bord, et de plus un représentant de Mazarin devant venir débriéfer les personnages sur l'épisode de Malignatius, nous restons docké a la station Bazaar le temps de faire quelques emplettes...

Puis Juana sortant de son coma, et grâce aux informations d'un officier du renseignement impérial (l'Oeil), les personnages retrouvent la trace d'Eruj dans un Temple Ukar Banjak.

Et c'est d'abord dans les ténébres qui environnent ce culte, puis à la lumiére face à l'ensemble de la comunauté du ghetto Ukar, qu'Eruj coupable est finalement obligé de se trancher la tête tandis que Juana récupére ce qui lui tient le plus à coeur.

Le représentant de Mazarin qui les attend à l'"Etoile" réparé, leur laisse entendre qu'il leur est possible de laisser tomber à cet instant sans encourir les foudres de l'empire, mais que s'ils continuent le jeux sera encore plus apre qu'avant...

"Si vous n'y arrivez pas, personne d'autre n'y arrivera", conclut-il en attendant leur réponse.

"Mais sachez que vous n'avez pas été choisit par hasard et que si vous réussissez, on vous confiera beaucoup dans la nouvelle frontiére qui est train de se créer alors que la croisade contre les bandits Vuldrok vient de comencer. Il faudra jouer serré, garder le profil bas autant que faire se peut et repousser tous les requins qui visiblement n'attendent q'une occasion de vous faire tomber..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fablyrr
Big Boss
Big Boss
avatar

Nombre de messages : 5924
Age : 40
Localisation : paris
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: Fading Suns les Carnet D'Ackham   Mer 9 Mai - 1:27

ah ouais t'es as un rigolo toi quand tu lache du texte... bon faudra que je le mette sur ma liste de lecture . La semaine prochaine j'aurai plus de temps je pense Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fablyrr.com
pandore
Polyglotte du JdR
Polyglotte du JdR
avatar

Nombre de messages : 3787
Localisation : paris
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: Fading Suns les Carnet D'Ackham   Mer 9 Mai - 12:26

j'aime bien l'ontologie de l'escrime...
Il ne se font pas un peu beaucoup manipuler, les joueurs ?

_________________
J'en estomaque deux! J'en empale un tout vif!
Quelqu'un m'ajuste : Paf! et je riposte... / Pif!
- Edmond Rostand (Cyrano)
http://charlottebousquet.blogspot.com/
www.charlottebousquet.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.charlottebousquet.com
guilee
blablateur
avatar

Nombre de messages : 13
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Fading Suns les Carnet D'Ackham   Mer 9 Mai - 13:03

Manipulé? Non... Twisted Evil

Je leur offre même l'occasion de lacher l'éponge pi c'est pas des tendres côté Mj s'entend...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pandore
Polyglotte du JdR
Polyglotte du JdR
avatar

Nombre de messages : 3787
Localisation : paris
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: Fading Suns les Carnet D'Ackham   Mer 9 Mai - 13:06

:mdrbis:
guilee a écrit:
Manipulé? Non... Twisted Evil

Je leur offre même l'occasion de lacher l'éponge pi c'est pas des tendres.

et c'est là que se situe a mon avis la plus machiavélique des manipulations, non ? non seulement, il y a fort a parier qu'aucun d'eux ne renoncera, mais en plus, après cela, ils ne pourront même plus se plaindre qu'ils ont été emberlificotés! :mdrbis:

_________________
J'en estomaque deux! J'en empale un tout vif!
Quelqu'un m'ajuste : Paf! et je riposte... / Pif!
- Edmond Rostand (Cyrano)
http://charlottebousquet.blogspot.com/
www.charlottebousquet.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.charlottebousquet.com
guilee
blablateur
avatar

Nombre de messages : 13
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Fading Suns les Carnet D'Ackham   Mer 9 Mai - 15:51

Ils ralent, ils grognent, disant qu'ils vont filer mais à la fin ils font ce qu'ils veulent bien. Laughing

Enfin le fait de jouer avec des Décados, ca rend plutot manipulateur, c'est archi clair. Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guilee
blablateur
avatar

Nombre de messages : 13
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Fading Suns les Carnet D'Ackham   Lun 16 Juil - 1:04

Et il fallait bien y aller à Stigmata: Le front d’une guerre que mène l’humanité contre d’étranges extraterrestres métamorphes et corrupteur détenteur d’étrange technologie amalgames de principes technologiques et biologiques. Dés que l’Etoile s’écarte des docks spatiaux d’Ishktar, une sourde tension s’insinue dans l’esprit de tous comme si déjà ils étaient dans une zone de combat. Passé la traverse et le blocus impérial, on s’enfonce dans un grand espace froid et solitaire redoutant qu'au moindre blip apparaissent des navires ennemis. Etre capturé par des Symbiotes, ce n’est pas seulement la mort qui vient, mais aussi parfois la corruption qui fait qu’un ancien ami reviendra dévorer son frère d’arme.

Mais en dépit d’insoutenables moment d’attente, notamment à la traversée de la ceinture d’astéroïde de Sargasso, le vaisseau arrive au QG de la flotte impériale, la Station spatiale Ventris. Les personnages transitent alors par le biais d’un gros vaisseau de transport, « une bétaillère », vers la surface de Stigmata proprement dite. C’est l’occasion de parler avec quelques vétérans, aux regards longs et durs, et de voir de loin les nouvelles recrues encadrées par des négriers en direction de cet éternel champ de bataille. Le gros vaisseau disgracieux lfinit par atterir à Fort Darmark, le centre des opérations terrestres, qui tient plus du blockhaus étendu que d’autre chose.

Sur le tarmac des navires spatiaux, d’où décollent également les escadrilles de combat, les joueurs sont accueillis en tant que représentant d’Alexius puis aiguiller vers des responsables qui les aident dans leur recherche des descendants d’Ackham. Les personnages ont alors bien du mal à glaner des informations, les archives ayant été ravagées à de multiples reprises. Finalement en passant par l’inquisition (au grand dam des amoureux de l’ordre ecclésiastique), il rencontrent le père Ung’fortier qui leur parle d’un membre de cette famille qui aurait rejoint l'église juste avant que ne soit plus strictement réglementé les migrations de la planète. Il serait donc parti, mais pour retrouver sa destination finale, il demande aux personnages de l’aider à récupérer les fichiers d’une navette de l’inquisition perdue corps et bien dans la ceinture d’astéroïde de Sargasso. Il glisse également dans la conversation que ce n’est pas la première fois qu’on le questionne sur un descendant d’Ackham…

Nikita qui mène les discussions accompagné d'un nouveau venu dans l'équipe, le chevalier errant Parsifal Hawkwood, s’entend avec le religieux. C’est donc dans l’espace jusque dans les tréfonds d’un astéroïde transformé en cimetière d’épave par des symbiotes, que finissent par s’échouer nos camarades, et entre deux vagues d’horreurs tentaculaires ils finissent par ramener ces fameux fichiers dans la mémoire de bord d'un vaisseau au destin malheureux.

De retour auprès d’Ung’Fortier, il apprennent enfin que Malcolm San Ackham aurait rejoint le monastère de la flamme de Mantius sur Shaprut. Il s'agit d'un fief Al Malik à une traverse de là. Et voilà ils font un bon voyage de nouveau, après un rapide passage réglementaire au service de déparasitage symbiotique (pas très agréable).

Puis Shaprut, la planète des artistes ainsi que le monde d’origine des Shantor, ces êtres chevalins perdus dans le grand empire humain. C’est l’occasion d’un petit intermède romantique, à la capitale Tabriz alors qu’on se prépare à rejoindre le désert du Rocana à plusieurs de kilomètre de là. Ils prennent des vols pour Gairana, un fief Li Halan qui est une austère ville pétrolière, puis ils transitent deux jours plus tard pour Delhi par le biais de frêle coucou à hélice. Ajoutons un petit soupçon de tension quand ils réalisent qu’ils sont suivis tout le long, par on ne saura jamais exactement qui (Décados ? Autre ?).

Delhi, en bordure du désert est le pittoresque aboutissement de tous les commerces de nomades aux croyances hérétiques (mais les avestites n’ont encore eu garde de les déranger). On recrute deux guides expérimentés, Gayleen et Soniel, dont le dernier se veut disciple laïc du monastère bien qu’il n’y soit jamais allé de fait. Et là, au petit matin alors que se monte autour d’un Graïnar (sorte de gros chameau poilu à 6 pattes) l’expédition, survient une troupe mixte impériale/Al Malik fortement armée :

« Ah c’est donc vrais ce qu’ils affirmaient à Tabriz, il était bien là.
Au nom d’Alexius I sous l’autorité du Comte Kaldun Al Malik, Nikita Décados, je vous arrête pour le meurtre de citoyens impériaux dont le chevalier Tibérius Vajna Hawkwood, l’usage de technologies prohibées, ainsi que pour la dégradation de biens de l’Empire.
Veuillez nous suivre sans broncher, votre cas sera jugé à la capitale sous la foi du témoignage du Frére Conrad membre de l’équipage de l’Etoile. »

Sous la visée d’armes automatiques, Nikita ne voit d’autre choix que de suivre ces hommes, il est accompagné par Parsifal qui promet de faire de son mieux pour démêler cette affaire grâce à des contacts personnels à Tabriz. Les autres décident de continuer la mission car qui sait si le temps n’est pas compté pour celle-ci…

C’est sombrement que commence la traversée du désert, très éprouvante marche pour nos amis sous un soleil de plomb. A un tel point que les plans de marche le jour et de repos la nuit tourne court. Juana épuisé passe du temps sur le Graînar en lieu et place de Gayleen qui s’occupait normalement de surveiller le terrain la nuit. Il faut aussi échanger quelques babioles avec des nomades pour le libre passage, et adieu lourd fusil Jungle de James (trop utile sans doute). Et à mi parcours, durant la nuit froide, les personnages sont réveillés par les hurlements d’un Grand Braillard de Mort qui s’abat sur leur campement à la grande surprise de Gayleen s’il avait été là pour le remarquer (on ne le reverra plus). Cette énorme créature munie de larges membres osseux et flexibles sème le chaos et la mort puis s’en va en emportant le massif Graïnar, profitant d’un large vent qui lui permet de s’élever au moyen de ses grands poches membraneuse.

Le matin, il faut répartir scrupuleusement les vivre entre les survivants qui si ils ont l’œil vif, n’ont pas pensé à apprendre à porter une lourde charge. Heureusement Soniel bâtit comme un roc peut charger sur ses larges épaules plus que sa pitance… et on a pas à abandonner quoi que ce soit (encore que si j’eus appris que certain se baladait en armure de mailles). Et le soleil de plomb. Et le sable qui se dérobe sous le pied. Et Juana qui se foule la jambe ralentissant encore la marche avec des vivres limités. Heureusement des natifs viennent aider les personnages, en négociant le tout comme de juste dans ces contrés, jusqu’à la main d’Estielle (enfin bon il y a de la rebuffade). Et voilà enfin le monastère fait de pierres rouges jointes par un étrange mortier vert adossé à une des grandes falaises de l’endroit au bord d’un point d’eau miséricordieux. Les moines survivent en faisant quelques cultures, puis méditent au moyen de pratiques physiques, de spéculations somatologiques ou alchimiques et de la pratique du Taï Koto Quan (un art martial zoomorphique). Les visiteurs sont accueillis dans des quartiers réservés, on leur fournira le vivre et couvert en échange d’une petite participation aux tâches du monastère et la promesse de ne pas troubler l'ordre. Soniel rêve depuis fort longtemps de rejoindre l’ordre mais Shao Mao, le vieux moine, qui jauge les applicants l’invite à « cultiver de prime la petite fleur au matin radieux » pour purifier son âme. Soniel semble également s’intéresser à Malcom San Ackham, ce que ne manque pas de remarquer Juana. Tandis qu’Estielle s’échine à apprendre une énième manœuvre de combat, en essayant de copier les pas des moines par le biais de Juana, que James rencontre un fouinard au nom de Jafar qui gère mille trafics dans le secteur, Soniel continue ses recherches. Il apprend puis à sa suite, notre amie Thana, que Malcom est mort depuis plus de 10 ans et que sa dépouille est enterrée au cœur du sanctuaire. Juana qui cherche à récupérer l’évangile de Malcom (le leg de son illustre aïeul) essaye de faire parler Shao Mao qui aurait été disciple de Malcom mais c’est délicat, puis la noble se refuse à s’infiltrer ignominieusement dans les quartiers des moines. La nuit, les personnages remarquent alors une forme très agile qui s’échappe régulièrement du monastère en direction des falaises proches. Ils décident de lui tendre un piége, pour la rattraper laborieusement, dans les monts alors que cette forme vêtu d’une bure se nutris du sang de petits rongeurs. Le face à face se conclut à un moment critique quand Shao Mao qui jaillit de nulle part, vient bloquer le jet de lance de Soniel d’un grand coup de pieds. Il s’explique alors :

« Ecoutez moi… vous tueriez si promptement ce qui ne conçoit comme vous la nature des choses. Malcom n’est pas mort, il a été corrompus (si un tel mot est vrais) par le symbiotes mais a put garder sa conscience pour embrasser une double nature ce qui le maintient jusqu’à ce jour en vie. Il a décidé de nous rejoindre pour œuvrer à élucider la vérité de la toile qui unit les mondes et qu’il perçoit sous sa nouvelle forme à chaque instant. Laissez nous continuer car qui sait si le salut n’est pas là… »

Les personnages menés par Juana promirent alors de garder le silence, tout en demandant que leur soit remis l’évangile d'Ackham but de leur voyage. Ainsi ils acquiérent une carte cosmique avec les clefs de sauts adéquates décrivant la route à suivre pour rejoindre le monde où seraient les deux derniers navires de Shri Ba Banh. Et il est temps de repartir vers la civilisation galactique sous les auspices d’un convois organisé par les moines… et là surprise Nikita survient:

« Ah, l’affaire de l’accusation ! C’était un piége j’ai réussit à m’échapper pour vous rejoindre sans Parsifal malheureusement mais j’ai requis un glisseur qui doit nous ramener promptement à l’Etoile pressons ! »

Soupçonneux, les personnages décident de le suivre néanmoins pour tomber dans une vrais embûche cette fois. Ils sont attaqués par une femme cyborg, un androïde puis surtout Nikita.
Tout se passe mal, Soniel est mourant et Juana puis James sont grièvement blessés mais ils tiennent bon pour finir par abattre d’une balle dans la tête le baron Décados en chair et en os tandis que leurs deux autres adversaires tombent en se faisant sauter en désespoir de cause.

Et c’est un retour, avec un Nikita sous bière, qu’ils pensent bel et bien mort tant la ressemblance est frappante moins le trou dans le crâne. Mais non il n’est pas mort car ils finiront par le retrouver bien vivant dans le grand hall de la station Krishnarupmi.

Le bilan de tout ceci :

- Ils apprennent que Sir Chamon Mazarin aurait été assassiné par un fanatique religieux.
- Ils discutent de la fin des choses dans une Etoile délabrée avec un équipage réduit à sa portion la plus congrue (il doit rester Kadar).
- Ce qu’ils avaient péniblement glané à Malignatius puis Velisamil a été dérobé.

Ils n'ont plus de mission, il n'y aura pas de reconaissance de l'Empire puisque plus personne n'est là pour ça et même, et même Nikita (bien qu'innocenté à Tabriz) puis Estielle seront durablement soupçonnés d'avoir eu un rôle trés ambigu dans cette plus que demi débacle (plus de 70000 phénix impériaux dépensés, l'ambassade de Malignatius compromise et plusieurs morts jusqu'à preuve du contraire en vain). Enfin il reste une carte et des clefs, un petit trésor en somme mais à qui reviendra le prix en définitive?

La frontiére Vuldrok est en feu et que feront-ils, se joindront-ils à l'effort de guerre ou chercheront-ils une voie propre? Dans tous les cas, de bien sombres augures sont suspendus sur leurs têtes.

Sur la table du poste de commande on peut lire une question qui n'attend pas de réponse, écrite au moyen d'une encre jaunâtre malsaine:

«Nous n'oublions jamais et finalement qui accepta de perdre à dessein?...»

Comme signature, on distingue un sceau en forme de crâne bouffon ricanant aux yeux injectés de sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
guilee
blablateur
avatar

Nombre de messages : 13
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Fading Suns les Carnet D'Ackham   Lun 1 Oct - 19:33

A l'intérieur d'une "Etoile" ravagée, les personnages s'interrogent fugacement sur le sens de tout ceci, malmenés depuis qu'ils commencérent leur route dans un grand antichambre de Byzantium devant Alexius, et ils peuvent sentir qu'il leur manqua toujours quelquechose, un soupçon de compréhension, de cohésion. La frontiére est en feu, et leur route du moins la seule qu'ils envisagent semblent les en rapprocher de la plus sinistre des maniéres au coeur même des nations Vuldrok enemis. Ce sont bien ces barbares assassins qui n'ont eu de cesse de piller l'Empire jusqu'au sac de Ravenne qui obligea l'Empereur à agir.

Sir Chamon Mazarin ne serait plus, alors vers qui se tourner, toutes les voies semblent incertaines. Nikita hésite à proposer de se tourner vers les Jakoviens (les grands maîtres des secrets Décados), avec lesquels ils pourraient peut être négocier, pour grapiller en échange des clefs et de la carte récupérées à Shaprut on ne sait quel prix à même de satisfaire un Empire devenu soupçonneux? Pourquoi ne pas aller à Byzantium et essayer d'y retrouver quelques personnes dans les secrets du défunt Sir? Finalement Juana se léve, elle parle alors de sa maison, la maison Thana dont il serait possible de solliciter le soutien en échange des coordonnées de saut vers leur monde d'orgine depuis longtemps disparu, Eridol, et qui est indiqué sur la carte. Cela finit par agréer à tout le monde, et de cette source viennent les fonds pour ressusciter leur nef cosmique. Nikita entretemps a aussi refusé une singuliére offre de rachat de sa mine Maligne par un baillis représentant d'un énigmatique V.

Notons au passage, qu'un James absent et qui jouait de ces clefs aux symboles ésotériques, s'est vaporisé dans l'air pour se récomposer sous le regard incrédule de tous dans un état de coma avancé. Estielle eut aussi le temps d'échapper à deux tentatives d'assassinat encore balbutiantes... mais il commence à faire chaud pour qui sait un tant soit peu décrypter dans la course des choses.

Et c'est donc regonflé et avec une équipe élargie d'un noble Thana venu veiller sur les intêréts de sa maison, d'un aurige douteux avec ces deux assistants que l'Etoile léve les "Voiles" en allumant les réacteurs de saut en saut. On fnit par arriver à la fin des Mondes connus et la derniére sentinelle Hazat de Vera Cruz pour foncer dans l'inconnu et trois traverses plus loin Corbeau... On s'esquive des invites multiples (quel traffic: Vaisseaux Pirates Vuldroks de toutes les tailles, petite flotte Kurgan en ambassade, Navires de guerres,...). Il faut retrouver la clef du dernier portail vers Ufor, la clef du sceptre dérobé, et c'est ainsi que l'on glisse dans ce systéme en espérant qu'on arrivera peut etre par le biais des gens du peuple Skey (que mentionnait feu Ackham dans son carnet lui aussi dérobé) à gagner l'accés vers Ufor et son trésor caché dans une lune creuse?

James, loyalement veillé par Juana, sort d'étranges abîmes, mais pour combien de temps, en hurlant: "Le Monolithe! Le Monolithe aux Glyphes!..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fading Suns les Carnet D'Ackham   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fading Suns les Carnet D'Ackham
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fading Suns 2/06/12
» fading suns
» Table Fading Suns (space opéra)
» Fading Suns
» Fading Suns

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les parties à raconter :: Space opera :: Autres jeux futuristes-
Sauter vers: